Newsletter Fides del 16-01-2017 AFRIQUE/EGYPTE – Classé pour manque de preuves le cas de la copte âgée de Karm rouée de coups et dénudée par des fanatiques islamiques-et varia

Newsletter Fides del 16-01-2017

AFRIQUE/EGYPTE – Classé pour manque de preuves le cas de la copte âgée de Karm rouée de coups et dénudée par des fanatiques islamiques

AFRIQUE/KENYA – Nouvel appel de l’Evêque d’Homabay après plus d’un mois de grève des personnels soignants

AFRIQUE/RD CONGO – Assaut manqué à la prison de Beni, nouveau signal d’une reprise de la guérilla

ASIE/THAILANDE – Célébration de la Journée de l’Enfant en jouant avec des armes de guerre

ASIE/INDE – Engagement des Jésuites en faveur de l’harmonie sociale, un besoin de l’époque

ASIE/TURQUIE – Suspension pour trois sessions d’un député ayant fait mention du génocide arménien au Parlement turc

AMERIQUE/SALVADOR – Dialogue encore nécessaire entre le gouvernement et les bandes en vue de la paix et d’une authentique réconciliation

AMERIQUE/CANADA – Naissance de 119.000 nouveaux-nés affectés par le syndrome d’alcoolisme fœtal chaque année

AMERIQUE/BRESIL – Appel de l’Archevêque de Natal à « affronter les problèmes de notre système carcéral »

News

AFRIQUE/EGYPTE – Classé pour manque de preuves le cas de la copte âgée de Karm rouée de coups et dénudée par des fanatiques islamiques

Minya (Agence Fides) – Les autorités judiciaires égyptiennes ont décidé de ne pas ouvrir de procès à propos du cas de Suan Thabet, une copte de 70 ans, qui avait été rouée de coups, dénudée en public et traînée nue dans les rues de son village au cours d’un assaut sectaire perpétré fin mai dernier par des fanatiques islamistes contre des objectifs chrétiens du village de Karm, dans la province égyptienne de Minya. L’avocat de la femme – indiquent des sources égyptiennes consultées par l’Agence Fides – a communiqué que le Parquet avait décidé le 14 janvier le classement du cas pour « manque de preuves ». La femme âgée, interrogée par une chaîne de télévision copte basée aux Etats-Unis, a indiqué que depuis le jour des faits, elle et les membres de sa famille ne sont pas retournés dans leur village, après avoir reçu des menaces de la part d’extrémistes.
L’explosion de violence sectaire ayant caractérisé Karm quelques jours après l’audience accordée au grand imam d’al-Azhar, Ahmed al Tayyib, par le Pape François, avait attiré l’attention du débat public en Egypte, surtout à cause des violences et des humiliations perpétrées à l’encontre de la femme. Au cours de l’attaque, outre à brutaliser cette dernière, la bande d’assaillants avait saccagé et livré aux flammes sept maisons et magasins appartenant à des chrétiens coptes.
La fureur des bandes extrémistes a été déchaînée par des rumeurs faisant état d’un rapport sentimental entre un égyptien copte – fils de la personne agressée – et une musulmane. Le Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II, avait émis un communiqué dans lequel il évoquait la possibilité que les faits de Karm puissent être utilisés pour enclencher une nouvelle spirale d’affrontements confessionnels. Le Président Abdel Fattah al Sisi lui même, au travers d’un communiqué de la Présidence de la République du 26 mai, avait fait appel aux Ministères compétents afin que les responsables des violences de Karm soient rapidement identifiés et punis. Au cours des semaines ayant suivi l’assaut, au moins 8 personnes avaient été arrêtées parmi les 14 inculpés pour avoir participé aux violences sectaires. (GV) (Agence Fides 16/01/2017)
top^

AFRIQUE/KENYA – Nouvel appel de l’Evêque d’Homabay après plus d’un mois de grève des personnels soignants

Nairobi (Agence Fides) – Les Evêques du Kenya ont adressé un nouvel appel aux médecins et infirmiers afin qu’ils assurent les services essentiels aux patients en danger de mort et à ceux qui ont besoin de soins urgents. Le personnel sanitaire des structures publiques est en effet en grève depuis le 5 décembre dernier. La protestation cause actuellement de très graves souffrances aux malades et, selon des nouvelles parvenues à l’Agence Fides, des dizaines de personnes sont mortes par manque de soins. Les Evêques avaient déjà adressé un appel pressant au personnel sanitaire afin que soient assurés les services essentiels pour sauver des vies humaines (voir Fides 09/12/2016).
Dans une déclaration envoyée à l’Agence Fides, S.Exc. Mgr Philip Anyolo, Evêque d’Homabay et Président de la Kenya Conference of Catholic Bishops (KCCB), a exprimé la préoccupation de l’Eglise suite aux souffrances provoquées par la grève. Mgr Anyolo a remercié le personnel des structures sanitaires, publiques et privées, qui, malgré tout, continue à répondre aux urgences médicale. « Nous savons que vous continuez à être obérés de travail au point de finir dans un état de surmenage » affirme le communiqué. « Nous remercions également les institutions sanitaires privées et non étatiques qui continuent à répondre aux urgences médicales, en sauvant des vies malgré les sollicitations qui pèsent sur vos ressources, en particulier lorsque les personnes touchées ne peuvent régler complètement les coûts des soins ».
Les Evêques adressent un appel pressant au gouvernement, aux syndicats et aux travailleurs afin qu’ils « fassent des choix et entreprennent des actions de manière à faire en sorte que le service sanitaire normal soit rétabli sans nouveaux retards ». (L.M.) (Agence Fides 16/01/2017)
top^

AFRIQUE/RD CONGO – Assaut manqué à la prison de Beni, nouveau signal d’une reprise de la guérilla

Kinshasa (Agence Fides) – Des nouvelles parvenues à l’Agence Fides indiquent qu’un commando d’hommes armés a attaqué la prison centrale de Beni, au Nord Kivu, hier 15 janvier entre 02.00 et 02.30 locales.
Après avoir fait fuir les gardiens de prison, les assaillants ont cherché à forcer le portail de la prison avant d’être mis en fuite par l’intervention de l’armée au cours de laquelle l’un des assaillants a trouvé la mort.
Simultanément, une tentative d’évasion a été éventée au sein de la maison de correction de la ville, seul l’un des jeunes étant parvenu à prendre la fuite. Selon l’ONG locale CEPADHO – Centre d’Etudes pour la promotion de la paix, de la démocratie et des droits fondamentaux – les deux tentatives d’évasion étaient coordonnées et il ne s’agit pas d’actes de banditisme mais d’une tentative des guérilleros locaux de renforcer leurs rangs en libérant leurs membres arrêtés.
Selon le CEPADHO, les miliciens qui ont attaqué la prison de Beni sont les mêmes qui ont attaqué cette même prison et la municipalité de Beni le 20 décembre dernier. Il s’agirait d’un groupe affilié aux May-May Corps du Christ, à leur tour liés aux rebelles ougandais de l’ADF. Le responsable des May-May Corps du Christ, Bwambale Karole, a annoncé conduire une nouvelle rébellion pour « libérer le Nord Kivu ».
Le CEPADHO a averti les autorités de Kinshasa du fait qu’une nouvelle guerre se prépare au Nord Kivu, suite aux menaces de Bwambale Karole et à la disparition de plusieurs hommes de l’ancienne rébellion M23 qui s’étaient réfugiés en Ouganda et s’y trouvaient soumis à des contrôles. (L.M.) (Agence Fides 16/01/2017)
top^

ASIE/THAILANDE – Célébration de la Journée de l’Enfant en jouant avec des armes de guerre

Bangkok (Agence Fides) – Depuis 1955, en Thaïlande, la Journée mondiale de l’Enfant est fêtée le deuxième samedi de janvier. Au cours de cette journée, les mineurs visitent le siège du gouvernement, le Parlement, se rendent dans les parcs naturels et participent à des concerts et à des événements de rue. Toutefois, les enfants célèbrent aussi cette fête en jouant avec des armes de guerre réelles dans le cadre d’expositions. En effet, les jeunes peuvent également visiter des casernes militaires, où sont exposés des véhicules et des armes de guerre, des chars lourds aux chasseurs bombardiers. Cette année, le samedi 15 janvier, l’une de ces manifestations s’est achevée en tragédie lorsqu’un chasseur Saab 39 Gripen s’est écrasé hors piste après avoir simulé une attaque aérienne sous les yeux attentifs des enfants. (AP) (Agence Fides 16/01/2017)
top^

ASIE/INDE – Engagement des Jésuites en faveur de l’harmonie sociale, un besoin de l’époque

Calcutta (Agence Fides) – Surmonter l’ignorance et les préjudices et surtout éduquer les jeunes à promouvoir la paix et l’harmonie sociale ainsi que la paix constituent des besoins pressants de l’époque dans laquelle nous nous trouvons. C’est ce qu’affirme à l’Agence Fides le Père Michael Amaladoss SI, théologien indien et Directeur de l’Institut pour le dialogue avec les cultures et les religions du Loyola College de Chennai, par ailleurs consultant pour la mission et l’évangélisation du Conseil mondial des églises.
« Nous devons construire des relations et aider les personnes non seulement à tolérer mais à célébrer la différence en tant que don créatif de Dieu. Nous devons construire une coalition multireligieuse afin de combattre tout type de fondamentalisme et de communautarisme dans toutes les religions. Il faudrait soigner en particulier la formation des jeunes, afin qu’ils grandissent en acquérant une mentalité qui dépasse le préjudice et soit en mesure de promouvoir l’harmonie sociale » explique le religieux à Fides.
Selon le jésuite, « l’usage des nouveaux moyens de communication numériques et des réseaux sociaux est nécessaire pour atteindre un nombre croissant de personnes et pour former des réseaux. Nous pourrons diffuser des informations, offrir des programmes de formation et faciliter également les rencontres au travers d’Internet » relève-t-il.
Sur le thème du dialogue, le Père Vincent Sekhar SI, remarque l’importance du Ministère chargé du dialogue interreligieux en Inde, à partir de la situation politique et religieuse actuelle du pays. La structure est en effet utile pour discerner de nouveaux parcours. « Pour cela, il faut être proactifs et résister à ce qui fait obstacle aux valeurs du pluralisme et d’une Inde laïque, en cultivant tous les modes possibles permettant de valoriser l’amour et l’amitié, la confiance et la coopération. Actuellement, il est urgent de construire des ponts afin de réconcilier les différentes communautés » note-t-il.
« La politique consistant à instrumentaliser la religion, les défis lancés par le fondamentalisme religieux et les provocations du communautarisme compromettent gravement les deux piliers que sont la démocratie et la laïcité de l’Inde » affirme le Père Sekhar.
« Nous devons reconnaître – poursuit-il – que l’essence de toutes les religions est l’amour, le service, la paix et l’harmonie. Reconnaître que toute personne humaine est la demeure d’un Etre Suprême porte au respect réciproque. Nous croyons également que le respect et l’appréciation positive des enseignements des écritures de toutes les religions conduiront à l’acceptation réciproque, nous aidant à coexister de manière pacifique ».
Dans cet esprit, les jésuites organisent des rencontres interreligieuses de prière et la célébration de fêtes religieuses en collaboration avec les membres des différentes religions, favorisant la compréhension et la solidarité, s’engageant à porter la réconciliation et l’harmonie dans les contextes parcourus par la violence. (PA-SD) (Agence Fides 16/01/2017)
top^

ASIE/TURQUIE – Suspension pour trois sessions d’un député ayant fait mention du génocide arménien au Parlement turc

Ankara (Agence Fides) – Garo Paylan député arménien au parlement turc représentant le Parti démocratique des Peuples, rassemblant des forces d’opposition pro kurdes et de gauche, a été suspendu pour trois sessions parlementaires le 13 janvier dernier après avoir fait référence au Génocide arménien dans le cadre du débat concernant la nouvelle Constitution turque.
Dans son intervention, selon ce qui a été repris y compris par l’Agence d’information nationale Anadolu, le député a mentionné la période au cours de laquelle, à compter de 1913, les arméniens, les assyriens, les grecs et les juifs présents dans la péninsule anatolienne ont été « exilés de ces terres ou soumis à des violences jusqu’à subir de grands massacres et le génocide ». Le peuple arménien – a souligné Garo Paylan – « sait très bien ce qui s’est passé… Je l’appelle génocide quelque soit la manière dont vous le qualifiez vous-mêmes ».
Le discours de Garo Paylan a causé les réactions irritées des députés de l’AKP, le parti aux affaires, qui ont demandé et obtenu la sanction disciplinaire à l’égard du député arménien. (GV) (Agence Fides 16/01/2017)
top^

AMERIQUE/SALVADOR – Dialogue encore nécessaire entre le gouvernement et les bandes en vue de la paix et d’une authentique réconciliation

San Salvador (Agence Fides) – « Le pays a besoin d’une politique de consensus. Cela suppose le dialogue mais aussi de regarder loin et pas l’immédiat » a déclaré hier l’Evêque auxiliaire de San Salvador, S.Exc. Mgr Gregorio Rosa Chavez, dans le cadre de l’habituelle conférence de presse dominicale. « Il faudra récupérer l’esprit de paix demain, parce que nous avons signé la paix mais nous ne vivons pas en paix et encore moins réconciliés » a déclaré l’Evêque, rappelant la date du 16 janvier 1992, lorsque, en présence du représentant de l’ONU, le gouvernement et le groupe de guérilla du FMLN signèrent les accords de paix qui mettaient fin à une guerre civile qui avait fait plus de 75.000 morts en 12 ans.
Selon l’Evêque, cet anniversaire arrive à « un moment de crise profonde et de grand désespoir », en partie dû au manque d’accords politiques. « Nous ne disposons pas d’un budget de l’Etat pour cette année et il existe une grande violence sociale ».
Mgr Gregorio Rosa Chavez a indiqué que l’Eglise catholique est prête à soutenir un dialogue entre les autorités et les bandes mais qu’elle ne le fera que si sa participation est demandée et si existent les conditions favorables de confiance réciproque et ce toujours dans le cadre de normes établies. Au cours de la conférence de presse, l’Evêque a souligné l’importance du véritable dialogue : « Je crois que le dialogue est indispensable, tout dépend de la manière dont il est conduit. Nous avons vu à plusieurs reprises que l’on a tenté un dialogue mais était présent derrière cette tentative une position de force et une volonté de l’imposer, de la part e la police ou des bandes. Ce schéma a été utilisé également dans le cadre de la guerre ».
Il a ensuite rappelé que, dans le cadre de la tentative de négociations de 2012, S.Exc. Mgr Fabio Colindres avait participé à titre personnel. « Cela lui a été demandé et il a accepté. Il a été très généreux dans son travail ». Selon ce qu’avait alors reporté Fides (voir Fides 28/03/2012), Mgr Colindres, qui était à l’époque en contact avec les chefs des deux principales bandes armées du pays, lesquels se trouvaient incarcérés, était parvenu à une trêve. Ce même Evêque avait dans tous les cas reconnu dès ce moment-là que le pacte en question ne constituait pas une solution définitive au problème de la violence extrême qui ensanglantait le Salvador, pays d’un peu plus de 6 millions d’habitants où en 2011, avaient été perpétrés 4.354 homicides selon les données officielles.
Le dur labeur visant à soutenir la trêve et à créer un dialogue sincère a duré plus d’un an y compris avec le concours de l’Organisation des Etats américains, qui, en avril 2013, avait signé un accord de coopération avec le gouvernement salvadorien dans lequel était proposée la création d’une mission d’assistance à la sécurité pour soutenir le processus de paix sociale, le premier résultat obtenu, à savoir la trêve entre les bandes, étant considéré comme positif (voir Fides 10/04/2013). (CE) (Agence Fides 16/01/2017)
top^

AMERIQUE/CANADA – Naissance de 119.000 nouveaux-nés affectés par le syndrome d’alcoolisme fœtal chaque année

Ottawa (Agence Fides) – Une étude du Centre pour la Dépendance et la Santé mentale du Canada a rendu publiques les premières estimations au niveau mondial du nombre de femmes faisant usage de boissons alcoolisées durant la grossesse. Selon les données publiées par The Lancet Global Health, il s’agit d’environ 10% du nombre total sachant que chaque année 119.000 enfants naissent avec le syndrome d’alcoolisme fœtal dû à cette consommation d’alcool. De l’étude parvenue à Fides, il ressort de grandes différences entre régions et pays. Dans certains, les estimations indiquent que plus de 45% des femmes boivent de l’alcool durant la grossesse. Dans d’autres pays, comme le Canada, où de fortes indications cliniques existent en faveur de l’abstinence au cours de cette période, il est estimé que ce comportement concerne 10% des femmes. Les conséquences les plus graves font que 15 personnes sur 10.000 souffrent d’un trouble d’alcoolisme fœtal d e par le monde, un phénomène caractérisé par des problèmes mentaux, de comportement et d’apprentissage ainsi que par des handicaps physiques.
Les cinq pays dans lesquels les femmes consomment le plus d’alcool pendant la grossesse se trouvent en Europe. Il s’agit de la Russie, du Royaume-Uni, du Danemark, de la Biélorussie et de l’Irlande. En outre, en tant que région, l’Europe est également celle qui a la plus forte prévalence d’usage d’alcool parmi les femmes enceintes au niveau mondial. Les niveaux les plus bas de consommation d’alcool au cours de la grossesse et d’alcoolisme fœtal sont en revanche enregistrés dans les régions de Méditerranée orientale et dans le sud-est asiatique. Toutes les femmes qui boivent durant la grossesse n’auront pas tous un enfant atteint par ce trouble mais le rapport concerne cependant 1 enfant sur 67. Même s’il est bien connu que l’alcool peut endommager n’importe quel organe de l’enfant à naître durant son développement, en particulier le cerveau, on ne sait pas encore exactement ce qui rend un enfant à naître plus sensible en termes de quan tité ou de fréquence de la consommation, attendu que ces variables pourraient également être influencées par d’autres facteurs tels que la génétique, le stress, la consommation de tabac et l’alimentation. (AP) (Agence Fides 16/01/2017)
top^

AMERIQUE/BRESIL – Appel de l’Archevêque de Natal à « affronter les problèmes de notre système carcéral »

Natal (Agence Fides) – L’Archevêque de Natal (Rio Grande do Norte), S.Exc. Mgr Jaime Vieira Rocha, a diffusé une note portant sur le massacre intervenu dans la nuit du 14 janvier, lorsque au moins 26 détenus ont été tués au cours d’une rixe entre bandes dans le pénitencier d’Etat d’Alcacuz, à Nísia Floresta, dans la région métropolitaine de Natal.
« Une réflexion urgente sur les conditions de nos prisons est sans doute nécessaire. Nous supplions le bon Dieu de calmer ces frères et de les faire renoncer à la violence. Nous demandons également à la société et à l’Etat de rechercher le dialogue et de trouver le moyen d’affronter les problèmes qui affligent notre système carcéral » peut-on lire dans le communiqué.
Selon des données recueillies par Fides, 26 détenus sont morts, presque tous décapités, au cours de la révolte ayant éclaté au pénitencier d’Alcacuz, devenue ainsi la plus violente de l’histoire de l’Etat de Rio Grande do Norte. Les incidents ont débuté dans l’après-midi du 14 janvier et ne se sont achevés que le lendemain matin. Il s’agit du troisième cas d’émeutes carcérales en 2017, caractérisées par des dizaines de morts, après celles de Manaus et Boa Vista au cours des premiers jours de ce mois (voir Fides 09/01/2017). Le plus grave problème de coexistence à l’intérieur des prisons est lié au manque d’espaces pour les détenus tant en tant que personnes que comme groupes ou bandes. Selon les données du Secrétariat de la Justice et de la Citoyenneté, l’organe responsable du système carcéral dans l’Etat de Rio Grande do Norte, la prison de Nísia Floresta, la plus grande de l’Etat, a une capacité de 620 détenus mais en acc ueille environ 1.150. Dans cet Etat, existent 33 prisons pour un total de 3.500 places et une population carcérale dépassant les 8.000 personnes. (CE) (Agence Fides 16/01/2017)
top^

Licenza Creative Commons Tout le matériel publié est concédé sous licence Creative Commons et peut être utilisé librement à condition que l’Agence Fides soit citée comme source.

Para cualquier notificacìon sobre la suscripcion pueden contactar con : subscriptions@fides.org
Pour ne plus recevoir la newsletter Fides News, envoyer un e-mail à l’adresse : fidesnews-fr-leave@fides.org

Publicités

Auteur : erlande

68 ans;45 ans d'expérience dans la communication à haut niveau;licencié en lettres classiques;catholique;gaulliste de gauche à la Malraux;libéral-étatiste à la Jacques Rueff;maître:Saint Thomas d'Aquin:pro-vie sans concession.Centres 'intérêt avec connaissances:théologie,metaphysie,philosophies particulières,morale,affectivité,esthétique,politique,économie,démographie,histoire,sciences physique:physique,astrophysique;sciences de la vie:biologie;sciences humaines:psychologie cognitive,sociologie;statistiques;beaux-arts:littérature,poésie,théâtre,essais,pamphlets;musique classique.Expériences proffessionnelles:toujours chef et responsable:chômage,jeunesse,toxicomanies,énergies,enseignant,conseil en communication:para-pubis,industrie,services;livres;expérience parallèle:campagne électorale gaulliste.Documentation:5 000 livres,plusieurs centaines d'articles.Personnalité:indifférent à l'argent et aux biens matériels;généraliste et pas spécialiste:de minimis non curat praetor;pas de loisirs,plus de vacances;mémoire d'éléphant,pessimiste actif,pas homme de ressentiment;peur de rien sauf du jugement de Dieu.Santé physique:aveugle d'un oeil,l'autre très faible;gammapathie monoclonale stable;compressions de divers nerfs mal placés et plus opérable;névralgies violentes insoignables;trous dans les poumons non cancéreux pour le moment,insomniaque.Situation matérielle:fauché comme les blés.Combatif mais sans haine.Ma devise:servir.Bref,un apax qui exaspère tout le monde mais la réciproque est vraie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s