Le Salon Beige: 16 nouveaux articles : Malaise à l’Ecole privée sous contrat : parents, écrivez à votre évêque-ils sont bouchés des oreilles et de la cervelle-et varia

Le Salon Beige: 16 nouveaux articles

Malaise à l’Ecole privée sous contrat : parents, écrivez à votre évêque
Il y a de l’eau dans le gaz : au revoir Manuel !
L’Agenda des Veilleurs et des Sentinelles (semaine du 30 janvier au 05 février 2017)
C’est arrivé un 30 janvier…
L’avis de Michel De Jaeghere sur le livre de Laurent Dandrieu
Le Pénelopegate révèle la fébrilité des politiciens face aux oukases médiatiques
La philosophie pour tous
La France trouvera-t-elle la voie du changement salutaire?
Mgr Fellay, supérieur général de la Fraternité Saint Pie X, sur TV Libertés
Quand tu es plus militante que journaliste
Le SIEL met des femmes patriotes en valeur
2017 : les 10 ans de Summorum Pontificum
La Dévotion Mariale des Saints
13-17 février : retraite sacerdotale au Barroux
Scolastique et âme de l’embryon
La Communauté Saint-Martin à Lourdes

Malaise à l’Ecole privée sous contrat : parents, écrivez à votre évêque

Posted:

Logo-parents-pour-l-ecole-2
Hier, Parents Pour l’Ecole invitait dans une lettre les évêques de France à « se tourner vers les autorités de l’École Catholique, locales ou nationales, dans le but d’ouvrir avec ces dernières un dialogue respectueux et vrai ».

Aujourd’hui, Parents Pour l’Ecole souhaite aller plus loin, et propose aux parents de l’Ecole privée sous contrat d’écrire directement aux évêques :

« Chers parents, les contacts que nous établissons avec vous depuis quelques mois signalent, à l’égard de l’enseignement privé sous contrat, un sentiment de malaise. Si vous reconnaissez la qualité du travail des enseignants autant que le dévouement des chefs d’établissement, vous ne comprenez plus les décisions qui sont prises à l’échelle nationale.

Ainsi, certains d’entre vous nous ont fait part de leurs interrogations au sujet du portail «Gabriel», ensemble de données informatiques concernant les familles comme le personnel enseignant et collectées par le Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique. Quelle sera la nature de ces données ? A qui seront-elles transmises ? Qui, d’ailleurs, les transmettra ? Ces questions manifestent, parmi tant d’autres, une inquiétude et une forme d’incompréhension. Ainsi êtes-vous nombreux à nous dire que vous ne vous reconnaissez plus dans l’école libre.

Aussi est-il temps pour nous tous de nous adresser directement à notre évêque. Comme le stipule le Statut de l’Enseignement Catholique, c’est lui qui est responsable et garant de l’enseignement dispensé dans son diocèse. C’est donc à votre évêque que nous vous proposons d’écrire personnellement. Ne laissons plus l’école libre devenir une école comme les autres, encourageons l’épiscopat français à défendre le caractère propre de cette dernière : écrivons à notre évêque !

Voici un exemple de courrier à reprendre in extenso ou en partie si vous le souhaitez : LettreParentsAuxEvêques.

Pour trouvez l’adresse de votre Evêque, rien de plus simple, cliquez ici. »

Il y a de l’eau dans le gaz : au revoir Manuel !

Posted:

Manuel Gaz nous a quitté hier soir. Benoît Hamon a remporté la primaire du PS avec 58,8 % des voix. Sans regret.

C3XNCbuWIAAomHo

La série des « on » continue : après Fillon, Macron, Mélenchon, Dupont, Hamon…

L’Agenda des Veilleurs et des Sentinelles (semaine du 30 janvier au 05 février 2017)

Posted:

Agenda en ligne – Me contacter : mariebethanie.lesalonbeige@yahoo.fr
Lundi 30 janvier 2017

Châlons-en-Champagne – devant le Palais de Justice, de 18h00 à 19h30 : Sentinelles

Mardi 31 janvier 2017

Beauvais de 21h à 22h

Bourges de 21h à 22h à côté de la mairie rue Jacques Rimbault

Cholet – de 21h00 à 22h00 place Travot

Cherbourg – sur les marches du théâtre à 20h30

Reims – Place Royale, à 20h00

Mercredi 1er février 2017

Bondy : de 19 h 00 à 20 h 00 ,devant la gare SNCF

Cognac place François 1er de 21 heures à 22 heures

La Tour-du-Pin, place Antonin Dubost, 20h00 à 21h00

Grenoble – rue Félix Poulat sur le parvis de l’église St-Louis de 20h00 à 22h00

Saint Amand Montrond, place Carré de 20h30 à 22h

Chambéry de 20h30 à 22 h sur les escaliers du château des Ducs de Savoie (Vin chaud assuré!)

Jeudi 2 février 2017

Châteauroux- place Roger Brac, parvis de l’église Notre-Dame: 20h30 à 21h30

Montélimar de 20h30 à 21h30, sur les Allées Provençales

Orléans de 20h30 à 21h30 162° veillée Place du Martroi, au pied de la statue de Jeanne d’Arc

Vendredi 3 février 2017

Bordeaux Sentinelles Place Pey Berland de 19h à 20h

C’est arrivé un 30 janvier…

Posted:

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. » Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

le 30 janvier : fête de Sainte Bathilde.

Sainte Bathilde, est l’épouse de Clovis II, Roi de Neustrie et Bourgogne, Reine des Francs et Régente en 657. C’est une des quatre Reines de France que l’Eglise porte sur les autels avec le titre de Sainte.

Elle contribue à la réforme de l’Église franque, aidée en cela par deux grands saints, Saint Eloi, évêque de Noyon et Saint Ouen, évêque de Rouen. Elle fonde les abbayes de Corbie en Picardie, et de Chelles en région parisienne. Elle se retire à l’Abbaye de Chelles en 664.

Le 30 janvier est aussi le jour de Sainte Martine, martyre, sainte patronne de Rome.

le 30 janvier 1592 : élection du pape Clément VIII.

Ippolito Aldobrandini est né à Fano le 24 février 1536, et est décédé à Rome le 3 mars 1605. Il est pape du 30 janvier 1592 au 3 mars 1605. Dernier pape de la Contre-réforme, il s’applique à faire fleurir la piété et la science dans l’Église, condamne les duels. C’est lui qui donne l’absolution au Roi Henri IV, lors de sa conversion. Par son exemple, il ramène un grand nombre d’hérétiques au sein de l’Église.

Pour l’anecdote, il vulgarise le café en Occident, considéré auparavant comme « boisson sombre de l’Islam » donnée par Satan aux musulmans pour les consoler de ne pouvoir boire du vin, boisson sacrée du Christ. Il aurait considéré au contraire que « l’arôme du café était chose bien trop agréable pour être l’œuvre du Malin et qu’il serait dommage que les musulmans en aient l’exclusivité ».

le 30 janvier 1631 : Gaston d’Orléans, frère du Roi Louis XIII, quitte la cour.

Gaston de France, duc d’Orléans, frère de Louis XIII et deuxième dans l’ordre de succession jusqu’à la naissance du futur Louis XIV en 1638, meurt à Blois le 2 février 1660. Cet éternel comploteur, né le 24 avril 1608, passe sa vie à tenter de renverser son frère, Richelieu ou encore Mazarin. Chef des Conseils sous la régence d’Anne d’Autriche durant la minorité de son neveu, il participe même à la Fronde.

Les conspirations de « Monsieur » échouent toujours, faute de réel projet politique. Gaston dénonce souvent ses complices, puis les voit périr (d’Ornano, Chalais, Montmorency, et Cinq-Mars). Mais en plus d’être traitre à ses complices, il est aussi inconstant et vicieux, il crée un « Conseil de vauriennerie », des courtisans et amis avec qui il mène une vie désordonnée ; il est réputé joueur et amateur de femmes. L’Encyclopædia Universalis le voit comme le chef de file des libertins de l’époque, dont l’un des passe-temps est les chansons à boire, les poèmes érotiques et les parties de débauche. Gaston d’Orléans est le père de la grande Mademoiselle.

le 30 janvier 1652 : décès de Georges de La Tour, peintre français.

Peintre lorrain ayant reçu les influences nordique, italienne et française, contemporain de Jacques Callot et des frères Le Nain, il est célèbre pour avoir peint des toiles exploitant remarquablement l’ombre et la lumière, à l’image du Caravage, dont il s’est fortement inspiré. Il reçoit le titre de « peintre ordinaire du Roy » en 1639. Il a peint notamment des scènes religieuses et des scènes de la vie quotidienne comme « Le Tricheur à l’as de carreau » ou « La Diseuse de bonne aventure ».

Saint Joseph charpentier, 1642, Louvre

Jeune chanteur

le 30 janvier 1770 : l’archevêque de Paris, monseigneur de Beaumont, annonce à Louis XV la décision de sa fille, Mme Louise, d’entrer au Carmel.

Mgr Christophe de Beaumont, Archevêque de Paris, Duc de Saint Cloud, Commandeur de l’Ordre du Saint Esprit, a été aussi le défenseur des Jésuites contre le Parlement sectaire et janséniste et contre l’athée Choiseul. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles il ne fût jamais cardinal. Sa pauvreté et son refus de la courtisanerie sont tout à son honneur. Voir les chroniques du 16 février, du 11 avril, du 12 septembre et du 10 octobre, la vie de Mme Louise.

le 30 janvier 1793 : le marquis de la Rouërie, chef royaliste de l’Ouest, meurt malade au château de La Guyomarais à St-Denoual.

Né à Fougères le 13 avril 1751, il a passé toute son enfance au château de La Rouërie, à Saint-Ouen-La-Rouërie, situé à 20 Km en dessous du Mont Saint Michel. A quinze ans, il quitte Saint Ouen pour Versailles où il entre dans les Gardes Françaises, et dont l’inaction lui pèse. Après un duel, le Roi Louis XVI le menace de pendaison pour avoir blessé un de ses amis, il part donc en Suisse. Absout par le Roi, à condition de se retirer sur ses terres, il revient en Bretagne.

Initié dans la Loge Aimable Concorde, Parfaite Union, il s’embarque à Nantes et le 13 avril 1777 débarque au Delaware et fait ses offres de service. Il demande à abandonner son nom et son titre ; il se fait appelé « colonel Armand ».

Ses succès militaires sont éclatants et sont soulignés par le général Scott, adjoint de Washington

Il faut souligner qu’il soutient le combat et celui de ses hommes de ses propres deniers!

Rentré en France en 1781, il est non seulement confirmé dans son grade de colonel mais aussi fait Chevalier de l’ordre militaire et royal de Saint Louis. Il vend alors des terrains, en hypothèque d’autres pour financer ses troupes aux Amériques où il retourne en juin 1781. Il rentre en Bretagne en juin 1784, en tant que général. Moins politique que La Fayette mais vrai soldat, il est moins connu, bien qu’ayant été, à la différence du premier un des acteurs militaires des succès des troupes françaises sur le nouveau continent.

En vrai breton et malgré l’influence maçonnique, il rejette l’abolition des privilèges, qui n’est pas l’abolition des privilèges des deux premiers Etats (Eglise et noblesse), mais l’abolition des lois privées, c’est-à-dire des lois propres à chaque des Provinces de France. Les Rois parlaient de « nos peuples de France » et non du peuple de France. Cette loi illégale à plus d’un titre entraîne l’abolition des accords de 1532. Décision illégale, car non soumise au Parlement de la Bretagne, Etat de plein droit, uni à la France ; décision illégale car prise par une assemblée qui n’avait aucun mandat pour ce type de décision.

Avec le comte Ranconnet de Noyan, il décide alors de créer l’Association Bretonne pour défendre les lois bretonnes. Les principales villes de Bretagne sont maillées d’un réseau chargé de recruter des troupes. L’association s’oppose à la Constitution Civile du clergé qui lui facilite la tâche pour soulever les Chouans de Bretagne.

Fortement affecté par l’assassinat de Louis XVI, Armand Charles Tuffin, marquis de La Rouërie, est le premier mort royaliste. Pourchassé par les troupes républicaines de la Convention informée de la création de l’Association Bretonne et du danger qu’elle représente pour la révolution, il s’était réfugié au château de La Guyomarais, à une trentaine de kilomètres au Nord-Ouest de Dinan. L’épitaphe du marquis de la Rouerie est « le mal qui l’emporta fut la fidélité »

le 30 janvier 1803 : Bonaparte écrit au maire d’Orléans Crignon.

Il le félicite de son projet d’ouvrir une souscription pour rétablir le monument célébrant Jeanne d’Arc, car « Unie, la nation française n’a jamais été vaincue ».

Ce monument avait été détruit par le vandalisme des révolutionnaires en haine de la Foi catholique.

le 30 janvier 1853 : mariage de Napoléon III avec Eugénie de Montijo, comtesse de Teba.

Le mariage est célébré à Notre-Dame de Paris. Les festivités durent deux jours. Le 16 mars 1856, l’impératrice Eugénie donne naissance à son unique enfant, le prince impérial Napoléon-Louis.

le 30 janvier 1875 : vote sur le mode d’élection du président de la république.

C’est par une seule voix de majorité (353 contre 352) que l’Assemblée nationale a adopté l’amendement Wallon, qui stipule :

«Le président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages par le Sénat et par la Chambre des députés réunis en Assemblée Nationale. Il est nommé pour sept ans ; il est rééligible.»

le 30 janvier 1944 : De Gaulle amorce la décolonisation avec la Conférence de Brazzaville.

De Gaulle ouvre à Brazzaville une conférence, du 30 janvier au 8 février, qui regroupe les représentants des territoires français d’Afrique : il présente un projet de réforme de l’Empire colonial et définit le statut de l’Empire français dans le sens d’une fédération, évoquant la question de l’émancipation. Il n’est pas encore question d’indépendance, les français ne sont pas encore prêts!

le 30 janvier 1976 : le pape Paul VI met en garde contre les mouvements féministes qui, dit-il, risquent de dépersonnaliser la femme.

Cette « Allocution aux femmes » est faite par Paul VI. Elle est rapportée dans la Revue de droit canonique du 20 février 1977.

le 30 janvier 2004 : un homme politique condamné.

Alain Juppé, président du parti politique français UMP est condamné par le tribunal de Nanterre à 18 mois de prison avec sursis pour « prise illégale d’intérêt »; ce qui entraîne son inéligibilité pour 10 ans. Il décide de faire appel.

L’avis de Michel De Jaeghere sur le livre de Laurent Dandrieu

Posted:

Dans Le Figaro Histoire :

16265720_240639786392135_2871446776240843940_n

Le Pénelopegate révèle la fébrilité des politiciens face aux oukases médiatiques

Posted:

François Bert montre que cet épisode de la campagne de François Fillon révèle bien sa personnalité :

Unknown-5
« Quelle est donc cette manie et cette fébrilité qui consiste à courir se justifier, donner des gages et se confondre en communication chaque fois qu’un journaliste ouvre la boîte à scandale ?

Bien sûr, j’appelle un renouvellement foncier de la classe politique et c’est bien le sens de mon livre : faire advenir les chefs naturels, capable de courage et de discernement, en lieu et place de l’alliance indigeste de vendeurs et d’experts qui fait semblant de gouverner le pays.

Je l’ai écrit, François Fillon est un chef en second : c’est un bon coordinateur de l’action, silencieux et soucieux de l’efficacité, mais un piètre élaborateur de vision. Il bricole de manière collaborative quelque chose qui ne lui est pas naturel. Il sait réagir aux événements opérationnels, pas concevoir un positionnement instinctif dans l’échiquier politique et médiatique. En cela il est plus fait pour être premier ministre que Président, même si par comparaison il est plus légitime au poste que bien des candidats.

Le mal fondamental de François Fillon c’est d’avoir dès le départ cédé à cette incantation médiatique idiote et irréalisable de l’irréprochabilité. D’une part parce que la perfection n’existe pas dans ce bas monde mais surtout parce qu’un chef n’est pas payé pour se faire aimer sur la base d’une image mais pour savoir traverser les situations de gros temps. Cela ne se mesure pas en gages, en discours ni en pics de retweets mais en trajectoire de long terme, au milieu des vagues et pas sur le plateau du 20H.

Dans une traversée il y a des moments où l’on se tait. Et dans le cas présent il était d’abord urgent d’évaluer la gravité du mal pour prendre une décision ferme et définitive. Soit le mal est profond et l’on reconnait son forfait, soit, malgré tout le gite qu’il produit, il est affrontable, et alors on avance au large en résistant aux sirènes de la culpabilisation.

Un chef ne doit rien aux médias. Aucune convocation ne saurait le dérouter d’enjeux supérieurs. Rien n’oblige à parler tout le temps de tout, bien au contraire. Le propre du temps et du silence, comme le discernement, c’est de redonner aux choses leur juste place dans un contexte qui les dépasse.

Les médias sont forts du pouvoir qu’on leur laisse. Ils sont en dehors de l’espace-temps de l’action. Ils ne sont plus des « médiateurs » mais un pouvoir à part entière. Et leur objectif n’est pas le bien commun mais l’audimat. Ils nous enferment dans leur agitation émotionnelle comme Hanouna dans son plateau à idiots. La connexion au juste et au bon sens n’existe plus, le futile y tonitrue, le caprice de l’instantané y règne par décrets. Et nos politiques châtrés y courent, écervelés mais flattés et bien vite assassinés.

Qui combat par l’image périra par l’image. »

La philosophie pour tous

Posted:

15220124_1498508143510352_6747833011336988880_n
5 jeunes philosophes, anciens de l’IPC et maintenant à la Sorbonne et à l’Institut catholique de Toulouse, désireux de rendre la philosophie accessible à tous, et de la sortir du carcan universitaire dans lequel elle reste aujourd’hui enfermée, proposent des conférences pour tout public : lycées, foyers, aumôneries, et même entreprises.

Ce groupe, « Conférences place Saint Michel », qui existe depuis maintenant six mois, donne un mardi sur deux un café philo dans un bar, à côté de la place Saint Michel.

Le prochain aura lieu mardi 31 janvier à 20h30 autour du thème: maître ou tyran: comment reconnaître l’autorité?

Lieu : Le Gentleman 1 bis rue Hautefeuille, 75006 Paris

La France trouvera-t-elle la voie du changement salutaire?

Posted:

_UNE_N°159-1
Le numéro de Politique Magazine de Février est paru. En voici l’éditorial, par Hilaire de Crémiers.

Les Français sortiront de la campagne présidentielle usés, fatigués, plus divisés que jamais. Tous les regroupements électoraux – et, en fait, électoralistes – qui s’effectueront au second tour seront faux, viciés.

Il n’y a pas de véritable principe de rassemblement. Ni à gauche, ni à droite. Les divisions s’accentueront. Le pays se ressentira d’une profonde insatisfaction. Des catégories entières s’estimeront lésées et, jusque dans les administrations, le malaise pourra provoquer d’étranges ruptures.

Le prochain président doit le savoir : on ne succède pas en vain à Nicolas Sarkozy et à François Hollande. Le système ne s’est pas amélioré ; il a empiré. La question est de savoir maintenant s’il est seulement améliorable. Non, car la mécanique sociale et politique que les Français sont censés avoir choisie et qui les broie régulièrement et maintenant continûment, est implacable et ne leur laissera aucun répit. Jusqu’au jour où…

Il en est un qui l’a parfaitement expliqué aux gens de gauche : c’est Jean-Claude Michéa. Dans son dernier livre Notre ennemi, le Capital (Climats), il reprend sa même critique pertinente de la gauche culturelle, celle qui domine singulièrement le Parti socialiste. Et, d’une manière générale, toute la gauche, celle des médias en particulier.

En maniant sans fin des concepts aussi sommaires que vides de sens – tel « le Progrès » indéfini – ces gens d’appareil, de pouvoir et d’argent, pensent soulever les masses populaires ; mais, en vérité, le peuple en lui-même se trouve dupé par des politiciens et des élites avides de carrières. Des discours, des mots, toujours des mots, qui concrètement jettent les pauvres gens dans la déréliction : le peuple y perd progressivement tout, patrie, nation, famille, travail, amis, solidarités. Au profit de qui ?

Et au service de quoi ? Selon la phraséologie ordinaire, « le parti de demain » ne doit-il pas toujours l’emporter sur « le parti d’hier » ? Mais cette rhétorique est celle même de la finance apatride et du capitalisme mondialisé ! N’est-ce pas sur les lois dites « sociétales » – on l’a constaté encore dernièrement – que la rencontre et la complicité des deux pôles du socialo-libéralisme est la plus évidente ?

Ce livre si éclairant, quoi qu’on pense par ailleurs au sujet des notions mêmes de capital et de capitalisme, semble comme destiné à Macron qui prétend sortir du monde politicien – ni gauche, ni droite – et qui en est, en fait, le dernier avatar ! Mais, tout aussi bien, il vise tous les autres, de gauche comme de droite. Un peu de lumière vraie dans tant de fausses dialectiques !

Reste que le monde est en train de bouger. Et « la bougite » chère à la culture de gauche et au capitalisme financier est prise en défaut. « Le changement, c’est maintenant », le slogan de campagne de François Hollande, si stupide par ailleurs, pourrait recouvrir une tout autre réalité. À l’image de ce qui se passe un peu partout. Quoi que fasse Donald Trump, les Américains ont décidé d’être américains « d’abord ». Et il est probable que ce sera aussi classique que surprenant. Pareillement l’Angleterre de Theresa May.

Et de même pour la Russie de Poutine. Quand Xi Jinping au Forum de Davos se fait le chantre du libre-échange, c’est qu’il défend la Chine éternelle. L’Europe n’échappera pas à ce mouvement. Et la France ? C’est le sens du dossier que présente en ce début d’année 2017 Politique magazine. La nation France n’est pas morte. À elle de se réveiller. Dans la ligne de son histoire.

Mgr Fellay, supérieur général de la Fraternité Saint Pie X, sur TV Libertés

Posted:

Dans l’émission de Jean-Pierre Maugendre, Terres de Mission :

Quand tu es plus militante que journaliste

Posted:

Marie Kirschen est « journaliste » à Buzzfeed, passée par Libération et Têtu. En comparant son tweet sur LMPT de septembre 2016 et celui de ce matin sur une réunion LGBT, on ne peut que constater son honnêteté… :

C3VJcIIXAAIlsUR

C3VJdDnWIAETHe3

Le SIEL met des femmes patriotes en valeur

Posted:

Jeudi 26 janvier, le SIEL organisait une soirée avec des « femmes patriotes » avec Gabrielle Cluzel, Cécile Edel, Julie Graziani, Stéphanie Bignon, Valérie d’Aubigny et Céline Jullié :

2017 : les 10 ans de Summorum Pontificum

Posted:

Le 19 janvier, le Cœtus Internationalis Summorum Pontificum (CISP) tenait une conférence de presse à Paris pour présenter les grandes lignes des festivités qui marqueront en septembre prochain le dixième anniversaire du motu proprio de Benoît XVI : datée du 7 juillet 2007, la lettre apostolique Summorum Pontificum est entrée en vigueur le 14 septembre 2007.

Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la Commission Ecclesia Dei, a écrit à tous les supérieurs des instituts et communautés Ecclesia Dei, masculins comme féminins, pour les inviter à y participer.

Le 14 septembre 2017 se tiendra un colloque à propos des dix ans du motu proprio à l’Université pontificale de l’Angelicum, au cours duquel Mgr Pozzo, parmi d’autres intervenants dont les noms seront communiqués au fil des prochains mois, dressera le bilan de ces dix années de renouveau de la liturgie traditionnelle dans l’Église. Le sixième pèlerinage du peuple Summorum Pontificum, renforcé par la présence des instituts et communautés Ecclesia Dei, prendra le relais de ce colloque dirigé par le père dominicain Vincenzo Nuara, de la Commission Ecclesia Dei, et organisé par l’Amicizia Sacerdotale Summorum Pontificum et l’association Giovani e Tradizione.

Comme d’ordinaire désormais, le temps fort de ce pèlerinage sera la procession solennelle dans les rues de Rome et la messe pontificale célébrée en la basilique Saint-Pierre à 11 heures le samedi 16 septembre 2017. Les services de la basilique, sous l’autorité du cardinal Comastri, son archiprêtre, ont accueilli favorablement la requête du CISP d’avancer l’heure de la célébration – qui se tient d’habitude à midi – pour limiter les effets du soleil de septembre sur le clergé et les pèlerins qui composeront la procession. Le nom du cardinal qui officiera à l’autel de la Chaire sera communiqué le 7 juillet 2017.

En action de grâces à Benoît XVI, le maestro Aurelio Porfiri, disciple du cardinal Bartolucci, longtemps directeur du chœur de la Chapelle Sixtine, dirigera une messe spécialement composée pour l’occasion. Cette initiative, audacieuse, a pour ambition de montrer que l’ancienne liturgie romaine est plus vivante que jamais et toujours susceptible d’offrir de nouveaux trésors artistiques et spirituels à l’Église universelle.

Les messes du vendredi 15 septembre 2017 et du dimanche 17 septembre 2017 seront célébrées respectivement par les supérieurs de l’Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre (ICRSP) et de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre (FSSP), à la fois pour marquer la continuité entre les motu proprio Ecclesia Dei de 1988 et Summorum Pontificum de 2007, et rendre hommage au rôle essentiel joué par ces instituts – dans le sillage de l’action menée depuis 1970 par Mgr Lefebvre – dans la préservation et la transmission du missel tridentin dans sa dernière édition, celle de saint Jean XXIII jusqu’à ce que Benoît XVI n’en restitue l’usage à toute l’Église.

Untitled

La Dévotion Mariale des Saints

Posted:

Entretien avec le Père Albéric, moine bénédictin à l’abbaye Sainte Madeleine du Barroux. Une vidéoformation proposée par Notre Dame de Chrétienté.

13-17 février : retraite sacerdotale au Barroux

Posted:

L’Association « Totus tuus » organise et propose à tous les prêtres une retraite sacerdotale prêchée par le Père Yves-Marie du Très Saint Sacrement ocd du lundi 13 au vendredi 17 février prochain à l’abbaye Sainte-Madeleine du Barroux sur le thème « à l’école de sainte Elisabeth de la Trinité ».

Les inscriptions pour la retraite sont à adresser à l’abbé Tancrède Leroux : stmleroux@gmail.com ou 06 68 23 72 50

Scolastique et âme de l’embryon

Posted:

Lu sur Réponses Catholiques :

« La philosophie scolastique et aristotélicienne, nous laisse penser que durant les premiers temps de la grossesse, l’âme intellective, et donc spirituelle, n’est pas encore dans le corps du fœtus, quelle est la position de l’Eglise à ce sujet ?

Certains théologiens scolastiques ont effectivement été tentés de reprendre telle quelle la philosophie d’Aristote quant à l’arrivée de l’âme dans le corps de l’embryon à 40 jours de gestation. Mais ils ont été minoritaires et la scolastique n’a pas repris cette théorie. Ce n’est pas le Magistère de l’Eglise, qui a toujours enseigné que, par défaut, l’embryon devait être respecté comme être humain dès sa conception. La Didachè (fin Ier siècle-IIe siècle) insiste déjà sur le fait que les chrétiens n’ « exposent pas leurs enfants » – c’est-à-dire l’exposent dans la rue, comme c’était la coutume quand un père ne désirait pas son enfant – quel que soit leur âge et que ce soit avant ou après la naissance.

Nous avons répondu à plusieurs questions sur ce thème. Nous invitons le lecteur à s’y reporter :

– Fausse couche

– Islam et enfant à naître

– Spéculations sur l’arrivée de l’âme dans le corps

La Communauté Saint-Martin à Lourdes

Publicités

Auteur : erlande

68 ans;45 ans d'expérience dans la communication à haut niveau;licencié en lettres classiques;catholique;gaulliste de gauche à la Malraux;libéral-étatiste à la Jacques Rueff;maître:Saint Thomas d'Aquin:pro-vie sans concession.Centres 'intérêt avec connaissances:théologie,metaphysie,philosophies particulières,morale,affectivité,esthétique,politique,économie,démographie,histoire,sciences physique:physique,astrophysique;sciences de la vie:biologie;sciences humaines:psychologie cognitive,sociologie;statistiques;beaux-arts:littérature,poésie,théâtre,essais,pamphlets;musique classique.Expériences proffessionnelles:toujours chef et responsable:chômage,jeunesse,toxicomanies,énergies,enseignant,conseil en communication:para-pubis,industrie,services;livres;expérience parallèle:campagne électorale gaulliste.Documentation:5 000 livres,plusieurs centaines d'articles.Personnalité:indifférent à l'argent et aux biens matériels;généraliste et pas spécialiste:de minimis non curat praetor;pas de loisirs,plus de vacances;mémoire d'éléphant,pessimiste actif,pas homme de ressentiment;peur de rien sauf du jugement de Dieu.Santé physique:aveugle d'un oeil,l'autre très faible;gammapathie monoclonale stable;compressions de divers nerfs mal placés et plus opérable;névralgies violentes insoignables;trous dans les poumons non cancéreux pour le moment,insomniaque.Situation matérielle:fauché comme les blés.Combatif mais sans haine.Ma devise:servir.Bref,un apax qui exaspère tout le monde mais la réciproque est vraie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s