Le Salon Beige: 25 nouveaux articles : Le cardinal Müller rappelle à l’ordre les évêques qui sur-interprétent le magistère-et varia

Le Salon Beige: 25 nouveaux articles

Le cardinal Müller rappelle à l’ordre les évêques qui sur-interprétent le magistère
Qui est vraiment derrière l’affaire Fillon ?
L’imposture d’un Macron antisystème
C’est arrivé un 2 février.
Centenaire de Fatima
Le pèlerinage de Chartres sur le thème de Marie Mère de Dieu
Marine le Pen et la loi Taubira : abrogation ou pas ?
Bobards d’or : « Le gouvernement protège ses propres mensonges »
Délit d’entrave : 30 jours de prières pour la vie
Présidentielle : et si Jean-Frédéric Poisson y allait ?
4 février : Rosaire pour la France à Ars-sur-Moselle
Présidentielle LR : il n’y a aucun plan B pour remplacer François Fillon
Castellucci s’en prend à Jeanne d’Arc
A propos de la question identitaire : l’autre nom du déracinement, c’est la barbarie
Les atteintes aux sites chrétiens ont augmenté de 245% entre 2008 et 2016
L’Espérance, une école qui pense comme vous !
Le Canard n’en a pas que contre Fillon
4 février : 4ème intervention de la mission Angélus à Lorient
François Baroin et Laurent Wauquiez prennent leurs marques
7 février : conférence de Guillaume Bernard à Rennes
Un politicien professionnel n’est pas le mieux armé pour mener une campagne anti-oligarchique
Cumulard
Robert Ménard et Guillaume Bernard le 23 février à Versailles
Colloque sur la famille à l’ICES (La Roche sur Yon)
Diplomatie américaine : les cow boys tirent dans le noir

Le cardinal Müller rappelle à l’ordre les évêques qui sur-interprétent le magistère

Posted:

Le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Gerhard-Ludwig Müller, s’est exprimé sur le contenu des dubia – sans les nommer – au sujet de l’exhortation Amoris laetitia. Dans un entretien à la revue Il Timone de février 2017, le prélat rappelle à l’ordre les évêques qui sur-interprétent le magistère (notamment à Malte). Extraits :

208×275
Peut-il y avoir une contradiction entre la doctrine et la conscience personnelle?

Non, c’est impossible. Par exemple, on ne peut pas dire qu’il existe des circonstances selon lesquelles un acte d’adultère ne constitue pas un péché mortel. Pour la doctrine catholique, il est impossible que le péché mortel coexiste avec la grâce sanctifiante. Pour surmonter cette absurde contradiction, le Christ a institué pour les fidèles le sacrement de pénitence et de réconciliation avec Dieu et avec l’Église.

C’est une question qui est largement discutée au sujet du débat entourant l’exhortation post-synodale «Amoris Laetitia».

« Amoris Laetitia » doit être clairement interprété à la lumière de toute la doctrine de l’Église. […] Je n’aime pas, il n’est pas juste que tant d’évêques interprètent « Amoris Laetitia » selon leur façon de comprendre l’enseignement du pape. Cela ne respecte pas la ligne de la doctrine catholique. Le magistère du pape n’est interprété que par lui ou par la congrégation pour la doctrine de la foi. Le pape interprète les évêques, ce ne sont pas les évêques qui interprètent le pape, cela constituerait une inversion de la structure de l’Église catholique. A tous ceux qui parlent trop, je les exhorte à étudier d’abord la doctrine [des conciles] sur la papauté et l’épiscopat. L’évêque, en tant qu’enseignant de la Parole, doit lui-même être le premier à être bien formé pour ne pas tomber dans le risque que l’aveugle conduise l’aveugle. […]

L’exhortation de Saint-Jean-Paul II, «Familiaris consortio», stipule que les couples divorcés et remariés qui ne peuvent se séparer pour recevoir les sacrements doivent s’engager à vivre dans la continence. Cette exigence est-elle toujours valable?

Bien sûr, il n’est pas dispensable, car il n’est pas seulement une loi positive de Jean-Paul II, mais il a exprimé un élément essentiel de la théologie morale chrétienne et la théologie des sacrements. La confusion sur ce point concerne aussi le refus d’accepter l’encyclique «Veritatis Splendor», avec la doctrine claire de la «intrinsèque malum» […] Pour nous, le mariage est l’expression de la participation à l’unité entre le Christ le marié et L’Église son épouse. Ce n’est pas, comme certains l’ont dit au cours du Synode, une simple vague analogie. Non! C’est la substance du sacrement, et aucun pouvoir au ciel ou sur la terre, ni un ange, ni le pape, ni un conseil, ni une loi des évêques, n’a la faculté de le changer.

Comment peut-on résoudre le chaos qui est généré en raison des différentes interprétations qui sont données de ce passage d’Amoris Laetitia?

J’exhorte chacun à réfléchir, à étudier d’abord la doctrine de l’Église, à partir de la Parole de Dieu dans l’Ecriture Sainte, qui est très claire sur le mariage. Je vous conseille également de ne pas entrer dans une casuistique qui peut facilement générer des malentendus, surtout que selon lequel si l’amour meurt, alors le lien conjugal est mort. Ce sont des sophismes: la Parole de Dieu est très claire et l’Église n’accepte pas la sécularisation du mariage. La tâche des prêtres et des évêques n’est pas de créer la confusion, mais d’apporter la clarté. On ne peut pas se référer seulement aux petits passages présents dans « Amoris Laetitia », mais il doit être lu dans son ensemble, dans le but de rendre l’Évangile du mariage et de la famille plus attrayant pour les personnes. Ce n’est pas « Amoris Laetitia » qui a provoqué une interprétation confuse, mais quelques interprètes confus de celui-ci. Chacun d’entre nous doit comprendre et accepter la doctrine du Christ et de son Église et être en même temps prêt à aider les autres à le comprendre et à le mettre en pratique même dans des situations difficiles. »

Qui est vraiment derrière l’affaire Fillon ?

Posted:

Lu sur Réinformation.tv :

Unknown-10
« François Fillon a maintenant six affaires sur le dos. On ne sait pas d’où viennent les fuites. Mais on voit des « amis » politiques qui considèrent déjà le candidat comme moribond et attendent la curée. En tête de ces charognards, François Bayrou.

Il faut le répéter aux plus jeunes lecteurs qui ont trop vu de films américains, le journalisme d’investigation n’existe pas. Ce que j’ai rencontré en quarante ans de carrière, ce sont des relations dans la police, dans l’armée, la magistrature, ou chez les politiques, et parfois quelques vérifications vite faites. Les six affaires qui tombent à point nommé sur la tête de ce pauvre Fillon relèvent bien évidemment, même si cela n’en fait pas un saint et qu’il a profité des largesses que la république distribue à ses élus, d’une opération politique menée par des « professionnels ».

Les charognards passent par le Canard pour diffuser les affaires

Qui la dirige ? Nul ne le sait. Les canaux par lesquels elles sont venues à la connaissance du public, le Canard enchaîné et Médiapart, sont les journaux officiels de la délation républicaine. Dès que l’intérieur ou Bercy, ou simplement quelque fonctionnaire frustré a, pour quelque raison que ce soit, une information à diffuser, ils passent par là. Par soucis d’efficacité. Quand Minute raconta la double vie de François Mitterrand avec Anne Pingeot, personne n’y crut dans les beaux quartiers, quoi que tous les initiés sussent que c’était vrai : l’estampille Canard, relayé ensuite par Le Monde et le Nouvel Observateur (aujourd’hui : France Info, BFM TV) est le bon circuit. Donc, même la droite l’utilise. Les affaires Fillon ont pu être lancées par Hollande, Cazeneuve, Valls, Macron, mais aussi par Dati, Sarkozy ou Juppé, ou par n’importe qui d’autre.

Les affaires Fillon satisfont tout le monde

Impossible aussi de tirer profit du vieil adage, is fecit cui prodest : les ennuis de François Fillon satisfont trop de monde. Beaucoup de ses amis de droite : lui président, leur carrière était finie. La gauche : dans la confusion qui s’installe, elle rêve, elle qui voyageait depuis trois ans dans le train fantôme, de revenir à l’Elysée en fanfare. Surtout si Marine Le Pen s’embourbe elle aussi dans ses affaires. Enfin le centre jubile. Le vieux centre de toutes les compromissions et toutes les magouilles, le vieux centre issu des radicaux et du MRP, toujours moralisateur, qui se considère déjà comme l’avenir de l’univers, avec son goût de Bruxelles et son économie sociale de marché. Et puis les affaires réjouissent aussi tous ceux qui ne pouvaient pas sacquer Fillon et sa tête de notaire honnête, et cela fait un sacré monde. Les affaires Fillon, c’est du pain bénit pour une campagne présidentielle ennuyeuse que les sondeurs annonçaient déjà pliée. […] »

L’imposture d’un Macron antisystème

Posted:

Brève video qui ramènera au réel ceux qui se feraient des illusions, et confirme en tous points l’analyse de Charles Sannat que nous relayions ici. Macron est le candidat emblématique de l’oligarchie qui tue la France, de la part la plus profondément subversive de l’anti France. Il nous apparait donc comme le candidat à combattre en priorité.

On notera que l’auteur de la video mentionne Kerdrel comme soutien de Macron, ce qui semble recoupé ici et là. Toute information confirmant ou infirmant cette hypothèse est la bienvenue.

C’est arrivé un 2 février.

Posted:

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. » Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

le 2 février : fête de la Chandeleur ou Présentation du Christ au Temple, quarante jours après sa naissance.

le 2 février 1439 : nomination de Jacques Cœur Grand Argentier de France.

Le négociant et homme d’affaires Jacques Cœur commence à gagner la confiance du Dauphin à Bourges, puis du Roi Charles VII, en finançant sa reconquête du territoire national contre les Anglais. Doué pour les affaires, il est investi par Charles VII de la charge de grand argentier du royaume de France. Il réorganise complètement les finances du pays, complètement ravagée par la guerre civile. Cela permet de financer l’effort de guerre du Roi pour bouter les Anglais hors de France.

le 2 février 1640 : décès de Jeanne de Lestonnac, religieuse française, nièce de Montaigne, fondatrice de la Compagnie de Marie Notre-Dame, sainte catholique.

Elle est la nièce de l’écrivain français Montaigne, qui parle d’elle en ces termes :

« Très pieuse, d’humeur joyeuse, intelligente et belle, la nature en avait fait un chef d’œuvre, alliant une si belle âme à un si beau corps et logeant une princesse en un magnifique palais. »

Sainte Jeanne de Lestonnac, une femme du 17ème siècle a vécu plusieurs vocations : épouse, mère, éducatrice, veuve, contemplative, fondatrice d’une congrégation de religieuses apostoliques de spiritualité ignacienne : la Compagnie de Marie Notre-Dame.

Elles sont aujourd’hui 2000 religieuses dans le monde, dont 180 en France, réparties sur deux Provinces : France-Belgique et France-Est. Leur mission est l’éducation des enfants dans les établissements scolaires, les paroisses, les mouvements chrétiens, les organismes de solidarité, les villes, les banlieues et le monde rural.

Implantions des communautés de la Compagnie de Marie Notre-Dame

le 2 février 1649 : naissance du futur pape Benoit XIII.
le 2 février 1660 : mort de Gaston de France, Duc d’Orléans.

Voir la chronique du 30 janvier.

le 2 février 1688 : décès d’Abraham Duquesne, officier français de la Royale.

Abraham Duquesne, baron d’Indret, puis marquis du Quesne, nait à Dieppe entre 1604 et 1610 et meurt le 2 février 1688 à Paris. C’est l’un des grands officiers de la marine de guerre française du XVIIe siècle. Il fait ses premières armes de marin sous les ordres de son père capitaine de vaisseau, sert Louis XIII pendant la guerre de Trente Ans et se distingue en plusieurs reprises, notamment aux combats de Tarragone et du cap de Gata.

Très estimé de Richelieu, de Mazarin puis de Colbert, il est l’un des très rares personnages de l’Etat à rester protestant, malgré l’Édit de Fontainebleau, en 1685.

Portrait d’Abraham Duquesne (1610-1688),
Huile sur toile par Antoine Graincourt, Cercle militaire de Versailles

le 2 février 1704 : décès de Guillaume François Antoine, marquis de L’Hôpital.

Guillaume François Antoine de L’Hôpital, marquis de Sainte-Mesme, comte d’Entremont, seigneur d’Oucques, La Chaise, et Le Bréau est un mathématicien français, connu pour la règle qui porte son nom : la règle de L’Hôpital. Cette dernière permet de calculer la valeur d’une limite pour une fraction où le numérateur et le dénominateur tendent tous deux vers zéro.

Il est aussi l’auteur du premier livre en français sur le calcul différentiel : Analyse des Infiniment Petits pour l’Intelligence des Lignes Courbes., publié en 1696. C’est un descendant du chancelier Michel de l’Hôpital.

le 2 février 1769 : mort du pape Clément XIII.

Né à Venise le 7 mars 1693, Carlo della Torre Rezzonico devient pape le 6 juillet 1758. Il est surtout célèbre pour le soutien indéfectible qu’il offre aux jésuites lors de règne, et cela malgré les pressions des différents pays européens qui les expulsent. Son successeur, Clément XIV plus faible signera le décret de dissolution de la Compagnie et s’écriera sur son lit de mort :

« Je me suis coupé le bras droit ! ».

Les Jésuites avaient le double défaut de lutter efficacement contre les Philosophes et contre les négriers esclavagistes. Le duc de Choiseul est pour la France l’artisan de leur dissolution. Plus rien ne peut alors s’opposer à l’infiltration intellectuelle de la secte maçonnique et au dévoiement des esprits des élites françaises.

le 2 février 1797 : lettre du Directoire à Bonaparte lui donnant l’ordre de détruire l’Eglise catholique.

Le Directoire adresse au chef de l’armée d’Italie Bonaparte une lettre qui lui recommande avec insistance de détruire le « centre d’unité de l’Eglise romaine ».

Cette lettre, signée par trois des cinq Directeurs, ceux que l’on appelle les « triumvirs », recommande avec insistance au chef de l’armée d’Italie :

« de détruire, s’il est possible, le centre d’unité de l’Eglise romaine et d’éteindre le flambeau du fanatisme. La religion romaine catholique sera toujours l’ennemie irréconciliable de la République ».

Reubell, Barras et surtout La Révellière-Lépeaux sont persuadés que les prêtres mettent en péril la république par leurs sermons et qu’il convient de réagir en frappant l’Eglise à la tête. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le Directoire fixe Rome comme objectif à l’armée d’Italie. Déjà, après l’entrée des troupes françaises à Milan, il avait demandé à Bonaparte de détruire l’Etat pontifical pour faire « chanceler la tiare du prétendu chef de l’Eglise universelle », Mais le général avait refusé.

le 2 février 1808 : invasion des Etats pontificaux par Napoléon Ier.

Les troupes françaises du Général Miollis entrent à Rome et occupent le château St-Ange.

« A partir de ce jour, le tout-puissant guerrier n’épargna plus aucune avanie à Pie VII : impuissant à faire fléchir le pape devant ses volontés, il lui prodigua les manques d’égards et de déférence sous toutes les formes. A Rome le service postal fut placé sous la surveillance immédiate de ses agents ; la garde pontificale fut dissoute, l’armée incorporée de vive force dans les régiments envahisseurs, et son commandant interné au château Saint-Ange ; les imprimeries furent toutes occupées militairement et vingt-deux cardinaux expulsés de la ville.

En vain le Saint-Père éleva-t-il la voix pour protester, comme il le devait, contre les traitements indignes qu’on lui faisait subir, l’usurpateur avait résolu la ruine du pontife et il continua avec sang-froid sa coupable entreprise. Le2 avril 1808, il signa à Saint-Cloud un décret qui réunissait irrévocablement et pour toujours au royaume d’Italie les provinces d’Urbin, d’Ancône, de Macerata et de Camérino, Elles devaient former désormais trois départements et une division militaire dont Ancône serait le chef-lieu. Napoléon étayait ce nouvel attentat sur les motifs suivants :

1° Le pape avait constamment refusé de déclarer la guerre aux Anglais et de se liguer avec les rois d’Italie et de Naples pour la défense de la péninsule.

2° L’intérêt des royaumes et des armées d’Italie et de Naples exigeait que leurs communications ne fussent pas interrompues par une puissance ennemie.

3° La donation par laquelle Charlemagne, son illustre prédécesseur, avait constitué l’État Pontifical, avait été faite pour le bien de la Chrétienté et non à l’avantage des ennemi de la Religion. »

Cité par Charles Van Duerm dans Rome et la Franc-maçonnerie pages 83 et 84 aux éditions Desclée de Brouwer

le 2 février 1831 : élection du pape Grégoire XVI.

Bartolomeo Alberto Cappellari, nait en 1765, en Italie. Il est élu pape au terme d’un conclave de 74 jours, et intronisé quatre jours plus tard sous le nom de Gregorio XVI. C’est un pape qui fait preuve d’autorité face aux mouvements révolutionnaires en Europe et défend les Etats pontificaux et l’indépendance de l’Eglise.

Il relance les Missions, en s’appuyant sur la France pour qui le XIX siècle est le siècle des missions. Il décède d’une crise d’érésipèle, à Rome le 1er juin 1846.

le 2 février 1860 : le père Henri-Dominique Lacordaire est élu à l’Académie française.

Quelques citations :

« On a besoin d’un cœur ami, Jésus lui-même avait saint Jean »

« Tôt ou tard, on ne jouit que des âmes. »

« Rien ne se fera de bon pour l’homme si on ne l’aime pas. »

le 2 février 1861 : le Prince de Monaco renonce au profit de la France aux villes de Menton et Roquebrune.

La Principauté perd plus de 80% de son territoire, mais son indépendance est reconnue par la France.

le 2 février 1889 : naissance de Jean-Marie de Lattre de Tassigny, maréchal de France français.

Blessé durant la Première Guerre mondiale qu’il termine avec cinq blessures, huit citations, la Légion d’honneur et la Military Cross. Il se distingue aussi pendant la seconde guerre mondiale. Après la débâcle il rejoint Vichy. Les Allemands obtiennent son arrestation tellement il leur est hostile. En 1943, il rejoint la France Libre et commande l’armée qui débarque en Provence. Il y intègre les FFI, il envahit l’Allemagne et conquière le nid d’aigle d’Hitler. Il meurt d’un cancer en 1952 après avoir commandé les troupes françaises en Indochine où il voit mourir au combat son fils Bernard.

Voir une chronique précédente.

le 2 février 1943 : les Allemands capitulent à Stalingrad.

Les troupes allemandes capitulent après des mois de combat. Friedrich Paulus, nommé Feldmarschal le jour même par Hitler, est le premier maréchal capturé par les forces soviétiques.

le 2 février 1945 : la 1ère armée française de de Lattre libère Colmar.

Cérémonie franco-américaine dans Colmar libérée.

(ecpad.fr)

le 2 février 1995 : décès d’André Frossard, journaliste, essayiste et académicien français.
le 2 février 2001 : Alfred Sirven, l’ancien numéro deux d’Elf recherché depuis quatre ans, est arrêté par la police des Philippines.

En fuite depuis 1997, Sirven est arrêté et transféré en France le lendemain. Il est alors soupçonné d’être au cœur d’une vaste affaire de corruption qui défraye la chronique depuis le milieu des années 1990 : l’affaire Elf. Aux côtés de Le Floch-Prigent, Tarallo ou encore de Deviers-Joncour, il sera condamné dans les années 2000 à de la prison ferme.

Centenaire de Fatima

Posted:

Samedi prochain, 4 février 2017 : 1er samedi du mois

Lettre de liaison n° 44 (29 janvier 2017)

Chers amis,

« Les jugements de Dieu sont insondables et ses voies impénétrables » dit saint Paul dans son Épître aux Romains. Toutefois, les voies divines ne sont pas toujours inconnaissables. Car Dieu se plaît, de temps à autre, à nous faire connaître sa volonté. Certes, de telles occasions sont rares, mais elles existent. Au XIVe siècle, Il s’adressa par exemple à sainte Catherine de Sienne qui transcrivit ce qu’elle apprit dans ses Dialogues. Au XVIIe siècle, à Paray-le-Monial, Notre-Seigneur demanda à sainte Marguerite-Marie de répandre la dévotion au Sacré-Cœur.

Fatima fait partie de ces rares occasions où Dieu nous fait part d’une de ses volontés, avec cette fois une particularité notable : il y a un parallèle étonnant entre les apparitions de Paray-le-Monial et celles de Fatima. Dans les deux cas, il est demandé l’établissement de la dévotion à un Cœur : le Sacré-Cœur de Jésus et le Cœur Immaculé de Marie. À chaque fois, le salut nous est promis si nous embrassons les dévotions proposées (la pratique des neuf premiers vendredis du mois et des cinq premiers samedis du mois). Et, à chaque fois, il a été demandé la consécration à ces Cœurs (la consécration de la France au Sacré-Cœur et la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie).

Lorsqu’Il lui arrive de le faire, Dieu se manifeste généralement de façon discrète, comme à sainte Catherine de Sienne ou sainte Marguerite-Marie. Tel ne fut pas le cas à Fatima : les signes qui accompagnèrent les apparitions furent extraordinaires, que ce soit les phénomènes naturels (voir lettres de liaison n° 8 et n° 10) ou le nombre de prophéties (voir lettre de liaison n° 23) ou encore le miracle du soleil (voir lettre de liaison n° 12). Aucune apparition, même celles de Lourdes ou de Guadalupe, n’a été authentifiée d’une manière aussi spectaculaire, ni n’a bénéficié d’autant de témoins extérieurs. C’est un fait sans précédent dans l’histoire des apparitions.

À lui seul, le miracle de la danse du soleil, lors de l’apparition du 13 octobre 1917, place les apparitions de Fatima devant toutes les autres et en fait les plus extraordinaires de l’histoire. Car avant Fatima, on ne recense que trois phénomènes naturels de cette ampleur : le déluge, l’arrêt du soleil pendant la bataille de Josué contre les Amorrhéens à Gabaon (Josué 10, 12-13) et les ténèbres du Vendredi Saint apparues au moment de la crucifixion.

Le miracle de Fatima eut une ampleur moindre que celui du Vendredi Saint, mais peut-être aurait-il été aussi important si les petits voyants n’avaient pas été mis en prison à Villa Nova de Ourem, car Notre-Dame leur dit le 19 août 1917 : « Si l’on ne vous avait pas emmenés à la ville, le miracle aurait été plus connu. ». Quoi qu’il en soit, jamais depuis le Vendredi Saint, il n’y eut de miracle cosmique aussi extraordinaire. L’abbé Caillon, dans son petit opuscule La consécration de la Russie aux très saints Cœurs de Jésus et Marie le qualifie de « fait unique dans l’ère chrétienne depuis la Résurrection du Christ ».

Depuis, un autre miracle cosmique eut lieu dans la nuit de 25 au 26 janvier 1938 où le ciel au-dessus de tous les pays qui allaient entrer en guerre s’embrasa. Miracle qui est de plus la réalisation d’une prophétie puisqu’il avait été annoncé le 13 juillet 1917 (voir lettre de liaison n° 20).

Tous ces signes marquent donc non seulement l’origine divine du message de Fatima, mais aussi son importance, sans égal dans toute l’histoire des apparitions célestes, qu’elles soient de Notre-Seigneur, de la Très Sainte Vierge ou des saints. Car si Dieu a pris soin d’authentifier le message de Fatima d’une façon aussi extraordinaire, ce n’est sûrement pour rappeler des choses banales. Et le miracle de la danse du soleil est « aux événements et au message de Fatima ce que le miracle de la Résurrection est à l’Évangile », selon l’excellente expression du frère Michel de la Sainte Trinité.

Or quel est en substance le fond de ce message si important ? Dieu veut que la dévotion au Cœur Immaculé de Marie se répande dans le monde entier. Il ne nous appartient pas de connaître les motifs qui Le conduisirent à exprimer ses demandes à telle époque plutôt qu’à telle autre. Nous savons simplement qu’Il voulut le développement de la dévotion au Sacré-Cœur à partir du XVIIe siècle et celui de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie à partir du XXe siècle. Telles sont ses volontés.

Et la similitude entre les demandes faites à Paray-le-Monial et à Fatima ne doit pas nous étonner. En voici une raison exposée par le pape Pie XII dans son message du 8 décembre 1942 :

Les fidèles doivent veiller à associer étroitement le culte du Sacré-Cœur et le culte envers le Cœur Immaculé de Marie, car notre salut vient de l’amour et des souffrances de Jésus-Christ indissolublement unis à l’amour et aux souffrances de sa Mère. C’est pourquoi il convient que le peuple chrétien rende aussi au Cœur très aimant de sa céleste Mère, de semblables hommages de piété, d’amour, de gratitude et de réparation. Aux âmes de péché, à celles qui souffrent de leurs fautes, à celles qui veulent expier les péchés des autres, la dévotion du Cœur de leur Mère paraît être un havre à la fois d’idéal et de pardon.

Et pour quelle raison Dieu veut-Il l’établissement dans le monde de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie ? Pour que, par elle, nous obtenions la conversion des pécheurs. Celle-ci a été la préoccupation permanente de l’Ange et de Notre-Dame. (Voir lettres de liaison n° 6 et n° 7) Et ils nous demandent avec insistance de prier et de faire des sacrifices pour l’obtenir. Déjà avant Fatima, sainte Thérèse de l’Enfant Jésus nous avait montré la nécessité de prier pour les pécheurs lorsqu’elle pria pour Pranzini, un condamné à mort, qui ainsi eut la grâce de se convertir quelques minutes avant son exécution. Cette histoire nous prouve que, par nos prières, nous pouvons obtenir la conversion des pécheurs. Et la toute dernière phrase du code de droit canon de 1983 (canon n° 1752) rappelle opportunément l’importance que l’Église y attache : « (…) le salut des âmes doit toujours être dans l’Église la loi suprême. »

Et que nous demande Notre-Dame pour l’obtenir ? Trois choses :

offrir à cette intention tous les sacrifices de la vie quotidienne en récitant si possible la première prière qu’elle enseigna le 13 juillet 1917 : « Ô mon Jésus, c’est par amour pour vous, pour la conversion des pécheurs et en réparation des outrages commis envers le Cœur Immaculé de Marie ». (Voir lettres de liaison n° 6 et n° 7)
réciter tous les jours notre chapelet en ajoutant après chaque dizaine la deuxième prière enseignée le 13 juillet : « Ô mon Jésus, pardonnez-nous, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, spécialement celles qui en ont le plus besoin. » (Voir lettre de liaison n° 31)
faire une communion réparatrice le premier samedi du mois. (Voir lettre de liaison n° 15)

Aussi, samedi prochain, n’oublions pas que c’est le premier samedi du mois de février. Faisons notre communion réparatrice par amour pour les pécheurs, pour obtenir leur conversion comme sainte Thérèse obtint la conversion de Pranzini.

Nota : Samedi prochain sera le deuxième premier samedi de la série proposée pour fêter le centenaire de la première apparition de Fatima, série au cours de laquelle nous demandons une grâce particulière : que le Saint-Père approuve et recommande la communion réparatrice des premiers samedis du mois. (Voir lettre de liaison n° 42) Pour ceux qui auraient manqué le premier samedi de cette série (celui de janvier), il est toujours possible de s’inscrire, soit pour faire les cinq samedis de février à juin, soit simplement pour obtenir de sauver des âmes en s’unissant à tous ceux qui sont déjà inscrits.

En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.

Yves de Lassus

Cap Fatima 2017

Le pèlerinage de Chartres sur le thème de Marie Mère de Dieu

Posted:

Voici l’affiche officielle du prochain pèlerinage de Pentecôte à Chartres :

Affiche2017_HD

Les inscriptions seront ouvertes le dimanche des Rameaux. En attendant, vous pouvez vous porter volontaire pour intégrer l’une des équipes de soutien du pèlerinage. Ce sont environ 500 personnes, qui, chaque année, rendent service au sein de Notre-Dame de Chrétienté.

Marine le Pen et la loi Taubira : abrogation ou pas ?

Posted:

Cet extrait d’interview est pour le moins inquiétant. Marine Le Pen annonce qu’elle va remplacer la loi Taubira par un PACS amélioré pour immédiatement ajouter que la loi Taubira pourrait être rétablie par référendum ensuite…

Bobards d’or : « Le gouvernement protège ses propres mensonges »

Posted:

Vivien Hoch est rédacteur sur le site Nouvelles de France ; il sera présent le 6 février à la Cérémonie des Bobards d’Or [1]. Il y présentera l’un des six menteurs retenus [2] par les internautes parmi les dix candidats sélectionnés au meilleur bobard de l’année ! Il a accepté de répondre au Salon Beige :

Rédacteur sur le site de Nouvelles de France, vous semblez particulièrement guetter les questions attenantes à la bioéthique. Récemment, vous vous êtes élevé contre la loi qui vient de passer au parlement, relative à l’extension du délit d’entrave à l’avortement. Pensez-vous que cette législation porte atteinte à l’information relative à l’avortement ?

Ce projet de loi est la preuve que la fine limite qui sépare une société contrôlée par un Etat moralisateur d’une société soumise à un Etat totalitaire est allègrement franchie. L’Etat ne se contente plus de manipuler les intelligences au moyen de l’Education nationale, de la culture subventionnée et des médias, mais condamne désormais tout ce qui ne va pas dans son sens. On a le droit de n’avoir qu’une opinion : celle de l’Etat.

Contrairement à ce que rapporte la vulgate médiatique, ce n’est pas qu’un délit d’entrave numérique, qui ne s’appliquerait qu’aux sites internet, mais il s’appliquerait à tous les supports d’information. Cette loi compte pénaliser ce qu’elle nomme les « informations dissuasives » à l’avortement. Le problème, c’est qu’une information objective sur l’avortement est par nature dissuasive !

Non content de vouloir censurer la vérité, le gouvernement protège en même temps ses propres mensonges. C’est le cas concernant l’avortement. Les dispositifs de communication du gouvernement (sites, centres de planning familial, plaquettes d’informations) ne délivrent qu’une information incitative à l’avortement. On y lit parfois des choses grotesques, comme quoi par exemple l’embryon, qui est scientifiquement un petit d’homme, est un simple « œuf ». Le gouvernement devient démiurgique et porte désormais une vérité absolue qu’il défend contre toutes les agressions.

Et ne vous y trompez pas : ce « délit d’entrave » s’étendra très vite à d’autres discours et d’autres types informations. Il est déjà interdit de dire certaines choses sur certains sujets. Mais ce délit d’entrave ouvre la voie à un nouveau type de censure, qui s’attaque désormais non pas à la prise de parole subjective, mais à l’objectivité du discours informatif. A terme, on peut craindre qu’il sera interdit de donner des informations objectives et de mener des recherches sur n’importe quel type de sujet sensible. Au risque par exemple d’entraver les migrations, d’entraver certaines religions ou encore d’entraver le fonctionnement des institutions républicaines.

Nous vivons des heures sombres pour la liberté, pour la science et pour les consciences.

16114181_1565750343443070_8172014260596235653_n
Vous participerez, le 6 février, à la huitième édition des Bobards d’Or. Une cérémonie qui vise à dénoncer la désinformation qu’opéreraient les grands médias pour voiler les vérités qui dérangent la « pensée unique ». A l’heure des plateformes de désintox, de décodeurs,…, pensez-vous qu’il existe véritablement deux camps dans ce combat pour l’information (réinformation vs médias de propagande, pour reprendre les termes des bobards d’or) ?

Stephen Bannon, l’ancien directeur de Breibart et aujourd’hui conseiller à la Maison-Blanche, dit très justement que les médias ne se cachent même plus d’être partisans. Aux Etats-Unis, ils sont clairement, aujourd’hui, dans le camp de l’opposition, et n’hésitent plus à verser dans l’ignoble et l’ignominieux (comme s’attaquer à un enfant de 10 ans ou à répandre des rumeurs infâmes). Les médias, dont l’équilibre devrait assurer un espace délibératif, sont devenus la pulsion de mort de la démocratie.

Le règne de la post-vérité a été ouvert par les médias dominants, avec leur bobardisation quotidienne, de plus en plus grotesque. Il ne pourra être refermé que par le cri de l’existence des gens du peuple, seul à même d’arracher les cerveaux hors-sol de ces médias et de les remettre face au réel.

Au lieu de robotiser la population comme ils le souhaitaient, les médias dominants ont créé des poches de résistance, comme l’Alt-Right aux USA ou la fachosphère en France, qui empiètent sur leurs prérogatives et qui vont, à court terme, jouer d’égal à égal avec eux. La guerre est ouverte et les nombreuses plateformes de fact-checking constituent les premières lignes du camp médiatique. Les batailles font rage sur quasiment tous les sujets. Les poches de résistance médiatique sont les anticorps du fonctionnement démocratique.

Dans ce contexte, les médias de « réinformation » peuvent désormais changer de nom, et se renommer « médias de salut public ».

Parmi les Bobards que peuvent sélectionner en ligne les internautes, deux bobards portent sur les questions de la famille (bobard à la romana) ou de l’éducation (bobard collectif). Lequel vous semble le plus grossier ?

S’il faut choisir le plus grossier entre le bobard sur la théorie du genre et le bobard sur les chiffres de la manifestation pro-famille en Italie, c’est le bobard de la théorie du genre qui remporte la palme. Les bobards concernant les chiffres des manifestations sont vieux comme le principe de manifester lui-même, et sont plutôt de « bonne guerre ». On a toujours le droit à trois estimations : celle de la police, celle des organisateurs, et celle des médias (principalement de l’AFP, sur laquelle se basent ensuite les autres). Celle des médias sous-estime ou sur-estime systématiquement, selon la proximité idéologique qu’ils entretiennent avec la cause en question.

Plus significatif de la grossièreté du système médiatique est le bobard sur la théorie du genre dans l’éducation nationale. La théorie du genre, tout le monde en parle, il y a des preuves de sa présence dans les mais les médias arrivent quand même à vous affirmer sans sourciller qu’elle n’existe pas.

Au-delà de l’outrecuidance et de la grossièreté de l’affaire, ce bobard est quasiment post-métaphysique. Il n’y a que l’Ereignis de Heidegger et le Tsimtsoum de la Kabbale qui puissent rendre compte de cette manière d’être présent tout en étant absent.

Enfin, je ne l’apprends à personne à Polemia et aux Bobards d’or, mais les médias fonctionnent de manière concentrique, tels les cercles de l’Enfer de Dante : sur chaque sujets, les émissions ont une poignée d’intervenants en main, qui se répondent en permanence, d’un jour à l’autre. Ce sont des personnes identifiées (par qui ? comment ?) comme « experts » ou « spécialistes ». Il n’y a rien de plus anti-démocratique que ce règne des « experts ». Ce sont eux qui, de par leur posture herméneutique, vont infléchir le jugement des otages psychiques de leurs émissions. Il est indispensable de poser comme postulat que ces gens-là sont là pour vous manipuler.

[1] La cérémonie des Bobards aura lieu le 6 février, Théâtre du Gymnase Marie Bell, 38 boulevard de la Bonne Nouvelle, Paris Xème. Inscrivez-vous dès maintenant sur la plateforme en ligne (https://www.weezevent.com/les-bobards-d-or ) et choisissez les plus beaux professeurs de bobards sur nos réseaux en ligne (site des Bobards d’Or : http://bobards-dor.fr/ @bobardsdor / Facebook : Bobards d’Or).

[2] Sélectionnez les meilleurs bobards parmi les dix mensonges en lice. Seuls six d’entre eux seront retenus pour la cérémonie du 6 février. http://bobards-dor.fr/votes-2017

Délit d’entrave : 30 jours de prières pour la vie

Posted:

Initiative lancée sur Hozana, qui rassemble pour le moment 97 priants :

« Durant le mois de février, la loi sur le délit d’entrave à l’IVG risque d’être votée à l’Assemblée. Il nous reste 30 jours pour agir par la prière pour la culture de vie, du 02/02 au 03/03. »

30 jour pour supplier le Seigneur et Notre Dame de Guadalupe, patronne des enfants à naître :

Pour que dans notre pays, nous puissions continuer à soutenir, écouter, informer, conseiller les femmes enceintes et les aider à garder leur bébé malgré les pressions extérieures.
Pour donner aux femmes enceintes en difficulté la force d’accueillir la vie et les préserver des forces du mal.
Pour changer nos coeurs et la culture de notre pays
Pour convertir nos hommes politiques au respect de la vie et leur donner le courage de la défendre.
Pour que Notre Dame de Guadalupe, patronne des mouvements pour la vie, soutienne les associations qui défendent la vie et leurs responsables afin qu’ils aient toujours la force et la persévérance dans le combat.
Pour confier à la Miséricorde du Père les enfants non nés et leur maman.

Présidentielle : et si Jean-Frédéric Poisson y allait ?

Posted:

Outre les noms de domaine internet de Laurent Wauquiez, François Baroin et Xavier Bertrand, je découvre que celui de Jean-Frédéric Poisson est également réservé… Ce dernier, libéré de son engagement issu de la primaire si François Fillon renonçait, serait-il disposé à se lancer à son tour ?

P

4 février : Rosaire pour la France à Ars-sur-Moselle

Posted:

02 février 2017 rosaire france

Présidentielle LR : il n’y a aucun plan B pour remplacer François Fillon

Posted:

Mais les adresses wauquiez2017.fr, baroin2017.fr et bertrand2017.fr ont toutes les trois été réservées entre le 27 et le 31 janvier 2017 :

Baroin2017-fr-wauquiez2017-fr-bertrand2017-fr_5792215

Castellucci s’en prend à Jeanne d’Arc

Posted:

Cet homme salit tout ce qu’il touche. L’oratorio dramatique écrit par Paul Claudel et composé par Arthur Honegger, Jeanne au bûcher, vient d’être massacré par l’immonde Romeo Castellucci à l’Opéra de Lyon.

Notre pure héroïne est transformée en un être “transgenre” se promenant sur scène, nue.

Une lettre ouverte au ministre de la culture est lancée.

A propos de la question identitaire : l’autre nom du déracinement, c’est la barbarie

Posted:

Auteur d’un essai percutant, Le multiculturalisme comme religion politique, Mathieu Bock-Côté est interrogé par Philippe Maxence dans le dernier numéro de L’Homme Nouveau. Extrait :

Une-1631
« Nous assistons actuellement à une mutation de l’espace public en France. La révolution 68 est contestée dans ses fondements mêmes et les gardiens de cette révolution sont saisis de frayeur. Ils hurlent, ils insultent, ils crachent : on l’a vu notamment entre le premier et le deuxième tour de la primaire de la droite, où la gauche médiatique n’avait pas de mots assez durs pour François Fillon. Ce qu’on lui reprochait, manifestement, c’était de ne pas représenter l’ethos soixante-huitard, de témoigner de la permanence d’une certaine France historique qu’on croyait pourtant vaincue.

Mais restons dans le domaine des idées : la véritable nouveauté, c’est qu’il est possible aujourd’hui de contester les fondements de la révolution 68 et non pas uniquement ses dérives. On se délivre ainsi du dispositif idéologique progressiste – j’entends par là que le progressisme n’accepte généralement d’être critiqué qu’à partir de ses propres principes. Il est permis de lui reprocher d’aller trop loin ou d’aller trop vite, mais on ne saurait lui reprocher dans la mauvaise direction. Ceux qui veulent faire autrement sont diabolisés. La droite avait accepté l’interdiction au point de consentir à évoluer dans le périmètre de respectabilité tracé par le progressisme. C’est peut-être ce qui éclate en ce moment. On ne se contente plus de dénoncer les effets pervers et les conséquences désastreuses de Mai 68. On remonte directement aux causes : on le critique dans ses fondements anthropologiques. Quelle conception de l’homme s’est imposée dans la dynamique des radical sixties ? On commence à comprendre que l’homme ne court pas seulement derrière l’accroissement des biens matériels ou des prestations sociales. On redécouvre la figure de l’homme comme héritier et les vertus de la continuité historique. C’est ce qui se trouve derrière la fameuse question identitaire, qui fait resurgir, si vous me passez l’expression, l’impensé de la modernité : le monde ne saurait être intégralement contractualisé, rationalisé, judiciarisé. Mais ne nous enthousiasmons pas trop vite : le progressisme est fragilisé mais il demeure dominant.

Cette redécouverte est-elle une marque du conservatisme ?

Oui. Je note avec bonheur un renouveau conservateur de la pensée politique française. En son centre, une conviction : l’homme doit résister à la tentation de l’ingratitude et au fantasme de la table rase, sans quoi il se décivilisera. L’autre nom du déracinement, c’est la barbarie. L’homme qui ne doit rien à ses pères et qui n’entend pas transmettre le monde à ceux qui suivront ne conserve pas le monde mais le consume. Le conservatisme est indissociable, aujourd’hui, du retour de la question nationale. Nous constatons enfin les limites d’un certain universalisme qui croit délivrer l’homme en le désincarnant. Et on ne peut pas définir un pays en faisant seulement référence à des valeurs universelles – ou comme on dit en France, aux valeurs républicaines. Par définition, les valeurs universelles ne sauraient caractériser l’identité spécifique d’une communauté politique. Il faut plutôt redécouvrir le particularisme qui fonde chacune d’entre elles. Le retour en force des thèmes de l’identité, du besoin d’enracinement, de la vision de l’homme comme héritier, du besoin d’autorité, témoigne d’une redécouverte de cette conception conservatrice du lien social. Et c’est tant mieux. Une philosophie politique repose toujours sur une anthropologie : nous retrouvons aujourd’hui certains besoins fondamentaux de l’âme humaine et nous cherchons à les traduire et les inscrire dans la cité. [Pour lire la suite, commander le numéro] »

Les atteintes aux sites chrétiens ont augmenté de 245% entre 2008 et 2016

Posted:

2015 avait enregistré un record d’actes racistes, antisémites et antimusulmans: ils ont nettement reculé en 2016, a annoncé mercredi le ministère de l’Intérieur :

Baisse de 58,5% des actes antisémites (335 en 2016 contre 808 l’année précédente)
baisse de 57,6% des actes antimusulmans connaissent (182 contre 429)
baisse de 23,7% des actes racistes au sens strict (hors actes antisémites et antimusulmans) (608 contre 797).

Point noir : les atteintes aux sites chrétiens (lieux de culte et sépultures) ont augmenté de 245% entre 2008 et 2016. Avec 949 faits en 2016, en hausse de 17,4% par rapport à 2015, les actes visant des lieux chrétiens représentent 90% du total des atteintes aux lieux de culte (chrétiens, juifs ou musulmans), selon la Place Beauvau.

L’Espérance, une école qui pense comme vous !

Posted:

Entete
En marge du marasme éducatif dans lequel s’enfonce imperceptiblement notre pays, il existe des îlots de paix et de vérité où nos enfants trouvent ce qu’il leur faut : une instruction de qualité, un environnement catholique et fier de notre pays, une vraie camaraderie immergé dans une vie de foi épanouie. Au cœur de la Vendée, L’Espérance est une de ces écoles avec ses spécificités qui la placent parmi les meilleurs choix pour des parents soucieux du bien de leurs enfants. Il reste des places, alors, profitez-en sans plus attendre!

« L’Espérance est une école sous contrat. 150 élèves se répartissent du CP jusqu’à la Terminale. Notre école se veut en continuité avec l’éducation des parents. Les enfants ont besoin de cohérence : même discours à la maison, à l’école et dans les loisirs. Notre internat a plusieurs qualités :

Une organisation différente proposée aux parents pour l’épanouissement de leurs enfants : des études surveillées, beaucoup de sport, de bons camarades, une ambiance propice au travail, des vertus de vie commune, des règles de vie strictes.
Un cadre de vie à la campagne, loin de l’agitation urbaine, du bruit, du tout numérique. La simplicité dans le matériel et dans les locaux fait partie de notre pédagogie.
Une aumônerie catholique composée de trois prêtres à demeure toute la semaine. La messe est proposée tous les jours tout comme des rencontres personnelles avec l’aumônier. La pratique du chant choral est également possible sous forme d’ateliers durant la journée.

L’Espérance a 50 ans d’existence ! Profitez de son expérience !  »

Le Canard n’en a pas que contre Fillon

Posted:

C3iRJ_3W8AEC2Zt.jpg-large

4 février : 4ème intervention de la mission Angélus à Lorient

Posted:

Capture d’écran 2017-01-30 à 13.40.35

François Baroin et Laurent Wauquiez prennent leurs marques

Posted:

Alors que François Fillon a la tête dans l’eau et que l’affolement gagne Les Républicains, des noms de domaine viennent d’être déposés :

C3h5thNWMAAAo4e

C3iTjisWIAAw3t8

7 février : conférence de Guillaume Bernard à Rennes

Posted:

Conference-Guillaume-Bernard

Un politicien professionnel n’est pas le mieux armé pour mener une campagne anti-oligarchique

Posted:

De Jean Rouxel dans Les 4 Vérités :

« […] Nous avons donc, désormais, en présence, un candidat perçu comme « vraiment » de droite et un autre perçu comme étant « vraiment » de gauche. Il faut cependant remarquer plusieurs points. Le premier, c’est que ce désir de sortir les sortants a, pour le moment, porté des personnes qui ne sont pas exactement des « perdreaux de l’année ». MM. Hamon et Fillon sont des politiciens professionnels depuis plus de 30 ans. Les électeurs vont donc avoir le choix entre un clivage droite-gauche net, favorisant un affrontement Hamon-Fillon, et un désir de renouveau, favorisant un affrontement Macron-Marine Le Pen.

Il faut aussi remarquer qu’avec l’hégémonie culturelle de la gauche, malgré le rejet profond du socialisme et le bilan catastrophique du quinquennat actuel, les deux candidats Hamon et Fillon ne jouent pas à armes égales : la gauche est supposée être le camp du bien et du progrès – quand bien même Benoît Hamon serait l’héritier de la gauche la plus archaïque, dans le sillage de Martine Aubry. En tout cas, le « ni droite, ni gauche », promu à la fois, bien que très différemment, par Marine Le Pen et Emmanuel Macron, a du plomb dans l’aile. Dans ce contexte, la seule chance de victoire pour François Fillon consiste à assumer un vrai programme de droite, sans chercher à faire la course au centre – où il serait nécessairement battu par Emmanuel Macron. Il aurait tout intérêt aussi à mener une campagne « populiste » – je veux dire anti-oligarchique. D’autant que l’oligarchie a clairement choisi Macron. Le problème, c’est qu’un politicien professionnel n’est certainement pas le mieux armé pour mener cette campagne anti-oligarchique…

Cumulard

Posted:

Trouvé dans Minute :

R
« Si le Parlement européen cherchait à localiser Eric Richermoz, qui figure toujours sur le site du Parlement comme assistant de Sophie Montel, on peut lui dire : c’est lui qui est derrière la caméra quand Florian Philippot se met en scène sur sa chaîne YouTube, dont le premier épisode a été la risée des internautes.

Sinon, comme cela ne lui prend quand même pas tout son temps, Richermoz est aussi secrétaire départemental du FN pour la Somme, conseiller régional en Nord-Pas-de-Calais, secrétaire général du collectif Ecologie et on en passe. Et, consécration, il sera tout bientôt candidat aux élections législatives dans une belle circonscription picarde. Y’a pas à dire : y’en a qui savent faire des risettes à qui il faut… »

Robert Ménard et Guillaume Bernard le 23 février à Versailles

Posted:

16174523_1078535218935882_5918665884150073696_n

Vidéo de la soirée du 13 décembre avec Philippe de Villiers :

Colloque sur la famille à l’ICES (La Roche sur Yon)

Posted:

Colloque Famille(s) page 1

Publicités

Auteur : erlande

68 ans;45 ans d'expérience dans la communication à haut niveau;licencié en lettres classiques;catholique;gaulliste de gauche à la Malraux;libéral-étatiste à la Jacques Rueff;maître:Saint Thomas d'Aquin:pro-vie sans concession.Centres 'intérêt avec connaissances:théologie,metaphysie,philosophies particulières,morale,affectivité,esthétique,politique,économie,démographie,histoire,sciences physique:physique,astrophysique;sciences de la vie:biologie;sciences humaines:psychologie cognitive,sociologie;statistiques;beaux-arts:littérature,poésie,théâtre,essais,pamphlets;musique classique.Expériences proffessionnelles:toujours chef et responsable:chômage,jeunesse,toxicomanies,énergies,enseignant,conseil en communication:para-pubis,industrie,services;livres;expérience parallèle:campagne électorale gaulliste.Documentation:5 000 livres,plusieurs centaines d'articles.Personnalité:indifférent à l'argent et aux biens matériels;généraliste et pas spécialiste:de minimis non curat praetor;pas de loisirs,plus de vacances;mémoire d'éléphant,pessimiste actif,pas homme de ressentiment;peur de rien sauf du jugement de Dieu.Santé physique:aveugle d'un oeil,l'autre très faible;gammapathie monoclonale stable;compressions de divers nerfs mal placés et plus opérable;névralgies violentes insoignables;trous dans les poumons non cancéreux pour le moment,insomniaque.Situation matérielle:fauché comme les blés.Combatif mais sans haine.Ma devise:servir.Bref,un apax qui exaspère tout le monde mais la réciproque est vraie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s