Macron le vaurien qui rate tout,même les trains de la SNCF

Publicités

Abattre l’eunuque Macron,sa vieille Jocaste et leur mère à tous la guenon arboricole Lucy:ils bradent la France au tout venant

-Bombes H;

-Barrages;

-Aéroports;

-TGV;

-Alstom;

-Ports;

-etc;

-Et bientôt les cimetières où il veut envoyer les enfants à naître,les vieillards,les malades,les femmes enceintes,les handicapés

 

POUR LE PLUS GRAND BENEFICE DE LA CANAILLE NUMERIQUE,DES LGTB,DES PRO-MORT,DES FINANCIERS VEREUX,DU LUMPEN PROLETARIAT « INTELLECTUEL » , DES NEO-PAÏENS TECHNOLOGIQUES , DES PETASSES FEMINISTES ET AVEC LA COMPLICITE DE FRANCOIS DERNIER

 

« DE TOUS  CEUX QUI REUSSISSENT » A VOUS TUER

 

The Patron Saint of Stubborn Facts by Rev. Jerry J. Pokorsky-The catholic thing:

The Patron Saint of Stubborn Facts

Rev. Jerry J. Pokorsky

Sunday, April 2, 2017

John Adams wrote in 1770, “Facts are stubborn things; and whatever may be our wishes, our inclinations, or the dictates of our passion, they cannot alter the state of facts and evidence.” (“Argument in Defense of the Soldiers in the Boston Massacre Trials”) His observation is useful in our day as we consider the turmoil in the Church with respect to many of those “hot button” issues involving the Sixth Commandment, from the indissolubility of marriage to the very purpose of human sexuality. When a close papal confidant tweets “2 + 2 in #Theology can make 5,” it’s hard to muster confidence in the logic of contemporary theology. What are we to make of the turmoil? To whom shall we turn?

The epic Gospel passage of the cure of the man born blind (John 9:1-41) is particularly instructive about the relationship between the facts of life, our faith, and our current troubles. Jesus – using His spittle to make mud – anoints the beggar who was blind since birth and opens his eyes. But the joy of the cure is eclipsed by anxiety when the man finds himself on trial by angry Pharisees pushing their anti-Christ agenda. The account of the healing and ensuing trials is a profound metaphor for the faithful, struggling to maintain and deepen their understanding of the Catholic faith.

The Pharisees do not allow the facts to deter them. They simply tinker with the laws of logic to fit their unholy narrative: that Jesus was a sinner because He “did not keep the Sabbath” when He healed the blind man. Confronted by the Pharisees, the man born blind initially refuses to make any judgments whatsoever. He simply states the facts: “He put clay on my eyes, and I washed, and now I can see.” But the Pharisees press: “What do you have to say about him?” By reasonably reconsidering the evidence of his healing, under duress, the man takes a significant step in the direction of the fullness of the truth. Jesus healed his blindness. A prophet has the power to heal. Therefore, he concludes, Jesus is a prophet.

After a threatening interview with the man’s parents, the Pharisees fail to prove that the man was not blind from birth. So they scold him with their twisted reasoning: “We know that this man [Jesus] is a sinner.” But the man holds fast to the facts and the rules of logic, insisting: “If he is a sinner, I do not know. One thing I do know is that I was blind and now I see.”

This is what is so amazing: that you do not know where he is from, yet he opened my eyes. We know that God does not listen to sinners, but if one is devout and does his will, he listens to him. It is unheard of that anyone ever opened the eyes of a person born blind. If this man were not from God, he would not be able to do anything.
Healing the Man Born Blind by Vasily Surikov, 1888 [Tretyakov Gallery, Moscow]

The Pharisees, despite their malice, unwittingly became the instruments of God’s grace in sparking the man’s understanding of the Person of Jesus.

The rueful cliché “no good deed goes unpunished” at the hands of sinful men certainly applies to Christ. This Gospel account has an unexpected twist. The man who was blind from birth and healed by Christ doesn’t walk away rejoicing. Sharing in the persecution of Christ, he also becomes the target of the Pharisees. But in God’s loving providence, his suffering has a purpose. As the Pharisees have him repeatedly revisit the evidence, he draws conclusions with increasingly lucid insights. This prepares him for a direct and definitive encounter with the Lord.

Jesus, apparently absent during the man’s tribulations, did not abandon him. After the interrogators throw the man out, Jesus searches for him. His purpose is not merely to console, but to direct and elevate the logic of the man’s faith.

So Jesus asks him, “Do you believe in the Son of Man?” Still requiring sufficient evidential matter, the man responds, “Who is he, sir, that I may believe in him?” The response of Jesus is immediate and without ambiguity: “You have seen him, the one speaking with you is he.”

In an instant, his ponderings under duress are enlightened by the Lord’s grace. He sees clearly for the first time: “He said, ‘I do believe, Lord,’ and he worshiped him.”

The cure of the man blind from birth reveals the ultimate purpose of all the miracles of Christ: engendering a firm faith in the Person of Christ Who saves. The malice of the Pharisees and their verbal abuse bear unintended fruit. Their deliberately faulty logic and taunts serve to provide opportunities for an admirably honest man to repeatedly return to the evidence, allowing him to continue on a path to the fullness of faith. The sufferings the man endured after his cure prepared him to accept Jesus not only as “prophet,” “from God,” and as the messianic “Son of Man,” but as Lord worthy of adoration. Indeed.

Like the man born blind and freed of his infirmity, we may find ourselves unsettled by the negative attention we receive for stubbornly holding fast to the facts of the faith we have received. With honesty and God’s grace, we will be impelled to frequently revisit the evidence of our faith in the beautiful and constant teachings of the Church (beginning with the Gospels and the Catechism of the Catholic Church).

For intercessory assistance, perhaps we should turn to that anonymous formerly blind beggar – now endowed with the eyes of true faith – as the patron saint of stubborn facts.
© 2017 The Catholic Thing. All rights reserved. For reprint rights, write to: info@frinstitute.org The Catholic Thing is a forum for intelligent Catholic commentary. Opinions expressed by writers are solely their own.

About the Author
Latest Articles

Rev. Jerry J. Pokorsky
Rev. Jerry J. Pokorsky

Father Jerry J. Pokorsky is a priest of the Diocese of Arlington. He is pastor of St. Catherine of Siena parish in Great Falls, Virginia.
Comment on this column at:

Copyright 2016 The Catholic Thing. All Rights Reserved. Site designed by Hyperdo Media. Developed by Fiat Insight

Navigation des articles

Laisser un commentaire

:)

À l’occasion des 50 ans de Mai 68, le mois qui a changé la société française, Que sais-je? vous propose de découvrir un parcours culturel interactif et gratuit-parfaitement inutile:des pitreries archaïques sur des « Chemins qui ne mènent nulle part » autre que vers le nihilisme:VIEUX CROUTONS ET JEUNES CONS ALLEZ-VOUS ENFIN CESSER DE NOUS LES CASSER AVEC VOS CHIURES DE MOUCHES-A-MERDE ET SOUS LA BAGUETTE DE L’EUNUQUE MACRON,SA VIEILLE JOCASTE ET LEUR MERE A TOUS LA GUENON ARBORICOLE LUCY,LA SAINTE FAMILLE UBU?

À l’occasion des 50 ans de Mai 68, le mois qui a changé la société française, Que sais-je? vous propose de découvrir un parcours culturel interactif et gratuit-parfaitement inutile:des pitreries archaïques sur des « Chemins qui ne mènent nulle part » autre que vers le nihilisme:VIEUX CROUTONS ET JEUNES CONS ALLEZ-VOUS ENFIN CESSER DE NOUS LES CASSER AVEC VOS CHIURES DE MOUCHES-A-MERDE?

À l’occasion des 50 ans de Mai 68, le mois qui a changé la société française,
Que sais-je? vous propose de découvrir un parcours culturel interactif et gratuit.
Mai 68, c’est quoi en réalité ?
Une révolte étudiante ? Un chamboulement politique ? Une prise de conscience sociale ?
Tout ça à la fois ?
Grâce aux vidéos, anecdotes et à des quiz, revivez au jour le jour Mai 68.
Au fil de 4 chapitres, découvrez 100 notions pour comprendre ce qu’a été Mai 68.
Vous pouvez personnaliser votre programme de révision en recevant une leçon par email à la fréquence et à l’heure de votre choix.
Chaque leçon débute par une « mise en
bouche » qui permet d’introduire le sujet
avec une anecdote mémorable, accompagnée
d’illustrations ou d’extraits vidéo.
Découvrez Mai 68 de manière ludique !
Vous êtes maintenant prêt à tester vos connaissances avec les différents quiz pour peut-être décrocher votre certificat !

Laisser un commentaire

Navigation des articles

Liberté Politique:Macron fait de plus en plus du Hollande-mais comment font-ils pour être tous aussi crétins?A cause du-de la-saint-e-Esprit?

Aller sur le site Liberté Politique Macron l’Américain
Accueil L’association L’information Nous soutenir LP Jeunes Liberté Politique TV Contact Se connecter
Edito

par François Billot de Lochner le 26 avril 2018
Macron l'Américain

Macron l’Américain

C’est sous le vocable de « Sarko l’Américain » que Jean-Philippe Immarigeon avait décrit Nicolas Sarkozy dans son ouvrage paru en 2007, peu après l’élection présidentielle, pour tenter de mettre des mots sur la fascination exercée par les Etats-Unis sur l’ex-président français.

 Suite 
A la une

par Nouvelles de France le 25 avril 2018 dans France
Macron fait de plus en plus du Hollande

Macron fait de plus en plus du Hollande

Sources [Nouvelles de France] En 2012, le changement, c’était maintenant, ou presque. Cinq années plus tard, il fallut se rendre à l’évidence : le quinquennat pédaloflanbyste se traduisait par la même fuite en avant que le précédent sarkoziste.

Suite

Derniers décryptages

Le Rwanda vu par Ancel, l'histoire révisée de l'opération turquoise

Le Rwanda vu par Ancel, l’histoire révisée de l’opération turquoise

26 avril 2018

Rédigé par L’incorrect
dans Société

Suite

Assassinat d'Alfie Evans : Tyrannie médicale et de l’Etat

Assassinat d’Alfie Evans : Tyrannie médicale et de l’Etat

26 avril 2018

Rédigé par Le Salon Beige
dans Bioéthique

Suite

L'attaque de Douma, «une mise en scène» ? Un reporter allemand de la ZDF s'interroge

L’attaque de Douma, «une mise en scène» ? Un reporter allemand de la ZDF s’interroge

25 avril 2018

Rédigé par RT France
dans International et Défense

Suite

« Fraternité » et « droits de l’Homme » supprimés : la Constitution inclusive est née

« Fraternité » et « droits de l’Homme » supprimés : la Constitution inclusive est née

25 avril 2018

Rédigé par Causeur
dans France

Suite

Loi asile et immigration : ce n'est pas de la "fragilité émotionnelle", c'est le refus du réel !

Loi asile et immigration : ce n’est pas de la « fragilité émotionnelle », c’est le refus du réel !

25 avril 2018

Rédigé par Marie Delarue
dans Société

Suite

"Avec de la volonté, on est capable de contrôler une frontière"

« Avec de la volonté, on est capable de contrôler une frontière »

25 avril 2018

Rédigé par Boulevard Voltaire
dans Europe

Suite

Ramadan: la venue de 300 imams étranger suscite l'incompréhension

Ramadan: la venue de 300 imams étranger suscite l’incompréhension

24 avril 2018

Rédigé par BFM TV
dans France

Suite

La Manif pour tous avait raison... et c'est Libé qui le dit !

La Manif pour tous avait raison… et c’est Libé qui le dit !

24 avril 2018

Rédigé par Libération
dans Société

Suite

Comment Macron roule dans la farine l’électorat de droite

Comment Macron roule dans la farine l’électorat de droite

23 avril 2018

Rédigé par Christian Vanneste
dans France

Suite

Nouvelle expertise médicale ordonnée par le tribunal : "L'affaire Vincent Lambert ne fait que commencer"

Nouvelle expertise médicale ordonnée par le tribunal : « L’affaire Vincent Lambert ne fait que commencer »

23 avril 2018

Rédigé par francetvinfo.fr
dans Bioéthique

Suite

Quand le gouvernement laisse libre cours à l'anarchie

Quand le gouvernement laisse libre cours à l’anarchie

20 avril 2018

Rédigé par Sputnik
dans France

Suite

Ce qu’on avait encore jamais dit en Arabie Saoudite. La première fois de Tauran

Ce qu’on avait encore jamais dit en Arabie Saoudite. La première fois de Tauran

20 avril 2018

Rédigé par diakonos.be
dans Église

Suite

Cet enfant est mort car les anglos dont la frigide May lui ont supprimé son appareil pour respirer alors que de vieux connards richissimes se font conserver dans la glace pour ressusciter un jour et continuer à gagner du pognon:HONTE ETERNELLE SUR CE MONDE MODERNE ET A SES THURIFERAIRES, L’EUNUQUE MACRON,LA BONNICHE MERKEL ET AUTRES HYSTERIQUES DU MASSACRE DES INNOCENTS

Cet enfant est mort car les anglos dont la frigide May lui ont supprimé son appareil pour respirer alors que de vieux connards richissimes se font conserver dans la glace pour ressusciter un jour et continuer à gagner du pognon:HONTE ETERNELLE SUR CE MONDE MODERNE ET A SES THURIFERAIRES L’EUNUQUE MACRON,LA BONNICHE MERKEL ET AUTRES HYSTERIQUES DU MASSACRE DES INNOCENTS

Laisser un commentaire

.

L’homme nouveau:Sapeur Pontife

Connexion
Rechercher
Votre panier est vide
  • Accueil
  • Actualité/Décryptage
  • Lectures
  • Qui sommes-nous
  • La boutique
  • Contact
Accueil > Actualité > Humeur > Sapeur Pontife

Sapeur Pontife

Rédigé par Jean de Saint-Jouin le dans Humeur

Sapeur Pontife

Tout jeune, fortement impressionné par le métier des armes, j’avais été particulièrement intrigué par le curieux métier de sapeur. Soldat de l’arme du génie, ces spécialistes utilisent leur art pour créer une brèche dans une forteresse et ainsi faciliter l’invasion en rendant la stratégie de défense inopérante. Posté sur les murailles, le devoir de la sentinelle est de vérifier si on ne trouverait pas quelque trace de travaux sous-terrain potentiels. Et si c’était le cas, d’avertir la garde.

On entend souvent dire qu’il est plus facile de détruire que de bâtir. Si la maxime est habituellement vraie, il n’en demeure pas moins que le niveau de difficulté sera directement proportionnel à la solidité de l’édifice visé. Plus l’ouvrage à détruire sera fortifié et défendu, plus les moyens devront être sophistiqués, subtils, efficaces.

Demandez au loup, il vous le confirmera…. Souffler la maison de paille, c’était facile… Mais la maison de briques, beaucoup moins…On ne s’improvise pas destructeur de citadelle. On conseillera aux loups débutants, alléchés par les promesses de bacon intramuros, de lire Don Quichotte de Cervantes, L’Art de la Guerre de Sun Tzu et Amoris Laetitia de source incongrue.

 

Une citadelle sous attaque

L’Église catholique est un magnifique château fort. Construit selon les plans de l’Architecte céleste, les murailles de Pierre sont d’abord faites de doctrine, c’est à dire de bloc logos cimentés par des arguments logiques. Le tout constitue une imparable défense, une citadelle imprenable.

Dire qu’une citadelle est imprenable, ce n’est certes pas garantir sa quiétude. Bien au contraire! Aussi, l’Église est-Elle l’objet de vagues ininterrompues d’attaques temporelles et spirituelles qui n’ont réussi qu’à ennoblir ses pierres et à solidifier un mortier désormais imbibé du sang des martyrs. Il est vrai que la plupart des habitants de cette cité sont de redoutables crétins (dont je suis, hélas) qui semblent s’évertuer à rogner l’enceinte de l’intérieur. Mais, le maitre veille et, à chaque génération, une nouvelle rangée de pierres s’ajoute, nouveaux joyaux, tirés d’une carrière qui semble inépuisable et qui rajeunit sans cesse des murs dont l’épaisseur trahit les ans.

L’homme déchu trouve dans la lourde harmonie des murailles une sorte d’appel téméraire et viscéral lui faisant battre le tambour de la folie.

Si Vauban introduisit les sapeurs dans l’armée française au XVIIe siècle, Satan, de son côté, planche sur le concept depuis déjà un bail. Plus génial que l’architecte du Roi Soleil, le prince des Ténèbres avait déjà installé ses « Lumières », à l’intérieur de l’Église, pour faciliter le travail à des vagues de termites modernistes, grugeant goulument la balustrade.

Travaillant à leur rythme avec l’appui généralisé des habitants, les sapeurs intra-muros ont été méthodiques. Il fallait en effet ébranler la pierre d’angle, celle sur laquelle tout l’édifice tenait. Le nouveau missel promulgué, tout était en place, moyennant le bon moment.

Le démoniaque stratagème fonctionne à peu près comme suit. D’abord, semer l’idée que le dogme puisse, à l’image des sciences expérimentales, évoluer selon les circonstances. Ce fut le modernisme. Deuxio, affaiblir la résistance en admettant que la vraie Religion pouvait être contenue, au moins en partie, dans les autres. Ce fut le dialogue interreligieux. Puis, finalement, détourner l’attention des fidèles en assurant que l’exercice le plus solennel de la vertu de la Religion, à savoir la liturgie, soit orienté vers l’homme plutôt que vers Dieu.

Reste seulement à creuser en s’assurant que tous ceux qui soupçonnent la sape puissent être accusés d’être de méchants complotistes.

 

Le Tunnel d’Amoris Laetitia ou la joie de la sape

Pour faire tomber une muraille, il suffit de creuser, sous la terre, tout en bas, un passage. Pour faire tomber la doctrine, il suffit de placer, sous le texte, tout en bas, une note de bas de page.

La petite note de bas de page numéro 351 d’Amoris Laetitia est une sape magistrale dont l’objet n’a rien à voir avec le mariage. Vous en doutez ? En fait, il s’agit d’une réponse contradictoire à un faux problème qui n’existe pas et ne peut même pas exister. C’est à peu près comme si on inventait un puissant somnifère pour réveiller les yétis narcoleptiques.

Commençons par le problème qui n’existe pas. Premièrement, quelle est la population touchée ? Prenez la population du monde et retranchez ceux qui ne sont pas catholiques. Des catholiques, on ne garde que ceux qui sont pratiquants. Des catholiques pratiquants, on ne prend que ceux qui sont divorcés. De ceux-ci, on doit restreindre le cercle à ceux qui sont dans une 2e union et qui continuent à pratiquer. De ceux-ci, on ne garde que ceux qui sont encore en âge de… Bon, on s’entend que la population cible n’est pas très volumineuse… N’est-ce pas ?

Bon, de ceux-ci, à savoir les cathos-pratiquants-mariés-divorcés-pseudoremariés-potent (les CPMDPP) on ne doit retenir que ceux à qui on aurait refusé la communion du fait de leur situation irrégulière. Reste-t-il sérieusement quelqu’un dans la salle ? Quelqu’un ? Répondez ?

Mais c’est n’est pas tout… S’il reste quelques curieux spécimens, ils sont accompagnés de ceux qui, par l’excès d’une conscience délicate, se retiennent d’aller communier parce qu’ils savent que pareil comportement serait une offense au Bon Dieu !

Chers habitants potentiels, mais peu probables de ce cercle extrêmement réduit, pourriez-vous m’expliquer pourquoi vous êtes réticents à communier et si attachés à obéir à la discipline eucharistique de l’Église alors qu’à tous les jours vous bafouez les règles divines ? On pourrait vous comparer – si vous existiez (bien évidemment) – à quelqu’un qui n’oserait jamais cracher sur un crucifix mais qui n’aurait aucun problème, par ailleurs, à en piétiner un.

En fait, soyons honnêtes, il n’y a aucun cas de CPMDPP à qui s’appliquent ces supposés règles. Et de toute façon, elles ne veulent rien dire. Comment un cheminement personnel accompagné (blablabla) peut modifier une situation objectivement déréglée. Bref, si le Pape a écrit à Maurice et à Laetitia (sic) et que Maurice est bien content de Laetitia (plus jeune et fort plus jolie) leur discernement personnel ne change rien au sort ignoble réservé à Ginette, la vraie femme de Maurice. Ni au fait que Maurice et Laetitia offensent Dieu, objectivement, mortellement, peu importe l’état de leur conscience dévoyée.

 

Une grande gorgée de réalisme tout le monde…

Ouvrons les yeux. La raison de la note est ailleurs. Si on permet une brèche en admettant qu’il y ait des circonstances où quelqu’un peut commettre des péchés mortels tout en n’en commentant pas, on perce, pour de bon, le mur de la doctrine morale. C’est la fin du concept même de péché mortel, de péché tout court d’ailleurs, car il y aura toujours un chemin potentiel de réconciliation, des circonstances particulières de conscience, etc…

D’ailleurs, les sapeurs ne se cachent même plus. Citons en exemple le Cardinal Reinhard Marx, un proche du St-Père, qui a récemment proposé un rite de bénédiction des unions homosexuelles en utilisant des arguments tirés des raisonnements à ceux d’Amoris Laetitia. En entrant dans ce monde ou le réel doit toujours être supprimé au nom du fantasme accommodant, on en finit par redéfinir le monde de A à Z pour un monde de Z à A ou zébre peut aussi s’écrire aligator. C’est la chute du réalisme vers l’idéalisme. Pourrait-on se surprendre des propos de Mgr. Marcelo Sanchez Sorondo, un autre évêque argentin, qui a récemment déclaré que le régime chinois était la plus parfaite mise en œuvre de la doctrine sociale de l’Église. Pourquoi pas !

Voilà le genre d’arguments qui ne peut exister que dans une Église Kantienne, célébrant la Réforme, Luther et le Communisme, qui n’a plus que l’apparence de la catholicité. Les loups sont dans la bergerie, ils ont même osé enlevé leur déguisement… De temps en temps, ils bêlent, traditions obligent.

Notre Seigneur nous l’avait prédit… « …(quand) le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ?  » (Luc, 18,8).

 

Vous ne passerez pas

Que doit faire une sentinelle qui repère l’ouvrage des sapeurs ? Il faut sonner l’alarme. Parler à temps et à contre temps. Ceci dit, préparez-vous ! Vous serez considéré comme un paria. Votre gentil curé (beau spécimen de la famille des invertébrés) vous accusera d’être un sedevacantiste et consacrera la moitié de ses prêches à convaincre ses ouailles que tout va bien mesdames les marquises1. Et si vous osez en parler à votre évêque, gageons que vous risquez de le découvrir sur un jour un peu moins mièvre qu’à l’habitude. Et oui, même un évêque cuicui contemporain peut se mettre à hurler. Essayez, c’est gratuit !

Récemment, le courageux prélat, auteur de plusieurs beaux livres, Mgr. Athanasius Schneider, rappelait le devoir des laïcs d’exiger des clarifications face à une confusion généralisée. En effet chers amis, ce ne sont ni les loups, ni les mollusques, ni les cuicuis qui nous jugerons à la fin des temps, mais bien le Seigneur Jésus-Christ, Roi de l’Univers. Celui qui a dit « Vous serez haïs de tous, à cause de mon nom; mais celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé. » (Mathieu 10:22)

Non, vous ne passerez pas comme disait le soldat belge de la chanson.  C’est la cause de la Vérité et de l’Église.

Non, vous ne passerez jamais !

 

1. Si vous voulez sérieusement vous amuser, demander à vos contradicteurs pourquoi St-Paul a corrigé St-Pierre? Il était sédévacantiste lui aussi?